Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2008 7 22 /06 /juin /2008 20:27

Quel plaisir de partir se reposer loin de l’agitation quotidienne …..

J’ai choisi un petit séjour en auvergne pour le calme, les paysages, les randonnées et la gastronomie !
Mon point de chute a été Besse en Chandesse, dans un charmant hôtel tenu par des gens non moins charmants.
L’accueil y est chaleureux et la carte savoureuse, les chambres propices au repos, de plus cette hostellerie est collée au beffroy du XVIème siècle, ce qui rajoute encore à son cachet.

 Je vais vous faire partager mes randonnées avec ces quelques photos.

Besse en Chandesse a conservé ses vieilles demeures et ses fortifications. Très pittoresques, les rues sont étroites, bordées de maisons noires, bâties en lave.

 On y rencontre aussi des « taules » ou boutiques du XVème siècle avec leurs étals ovales.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


























Première ballade vers Super Besse à 1350m encore enneigé.












Excursion vers le lac Pavin, situé à 1197m. La randonnée vers le point de vue est facile et agréable.

 











 

 

 

 

 




Il a été formé après une explosion volcanique formidable qui creusa un cratère de 44ha où il repose aujourd’hui. Il est enchâssé dans des forêts et des rochers.





















 





On peut aussi voir le lac d’en bas, un sentier permet de faire une ballade autour, très reposante d’environ 45mn et de découvrir la faune, la flore et peut-être quelques sauts de truites dans l’eau si on a de la chance. On est bien loin de la signification latine de son nom : Pavin vient de « pavens » qui veut dire épouvantable.







 

Deuxième randonnée : vers la Chapelle de la Vassivière à 7km de Besse en Chandesse.


























La montée vaut le détour, on découvre un magnifique panorama…

 














Cette chapelle abrite pendant l’été la statue de N.D de la Vassivière. Cette vierge noire est montée par 60 porteurs le 2 Juillet et redescendue  à Besse fin Septembre. C’est un lieu de pèlerinage.


























Lors des randonnées on croise bien sûr les fameuses vaches à robe rouge : les Salers, mais moi j’ai croisé une magnifique jument et son poulain….je n’ai pas pu résister à l’envie de les prendre en photo.

 


























Là c’est un peu d’humour… je suis peut être allée un peu loin à pied, non ?
en réalité c’est bien le nom d’un petit village traversé en allant vers le Puy Mary



 

En route vers le Puy Mary, malheureusement le Pas de Peyrol est obstrué par la neige et le passage interdit

















Vue du Pas de Peyrol sur les Monts Dore et le Puy de Sancy.
























Le Pas de Peyrol n’étant pas praticable, d’un coup de voiture je passe par la voie sud c’est à dire la Route de Mandailles, mais là aussi la voie est bloquée. Dommage pas de Puy Mary à pied, je reviendrai.








Tout n’est pas perdu, en route l’indication d’un chemin de randonnée vers la cascade du Luc.

Quel moment ressourçant que de s’asseoir là et d’écouter la mélodie de l’eau qui dévale et clapote, se jouant des rochers.

































Un petit arrêt au Puy de Sancy…
















Et nous voici dans la chaîne des Puys ou monts Dômes qui s’élèvent à l’Ouest de Clermont Ferrand. Sur environ 30km s’alignent 112 volcans éteints qui ont conservé presque intacte la forme qu’ils avaient en période d’activité.









Du sommet du Puy de Dôme , le plus connu et le plus élevé de ces « puys », 1465m, toute la chaîne se révèle et l’on découvre un paysage magnifique.























Je visite Vulcania pour la première fois. Mes impressions sont mitigées, je ne parle pas du prix de la cafétaria ni de l’entrée, mais du contenu. Il faut y aller pour s’amuser et profiter des cinémas 3D et 4D, c’est ludique….mais il ne faut pas s’attendre à apprendre quelque chose de nouveau sur les volcans...Ce parc s’adresse à des scolaires alors oubliez votre âge et laissez sortir l’âme d’enfant qui est en vous et vous apprecierez.
















Après la marche et les grands espaces au grand air, un peu de culture pour les neurones. C’est dans ce but que je me suis rendue dans la ville de Thiers. Ce sont les eaux de la Durolle qui ont fait la fortune de Thiers. Les industries du papier et des couteaux y sont pratiquées depuis le XVème siècle, et si la première a presque disparue, il reste encore 300 fabricants ou artisans coutelliers qui en font le plus grand centre Français de coutellerie.

La vallée de la Durolle compte environ 140 chutes qui actionnaient de nombreuses coutelleries sur 3km. Les plus pittoresques sont celles du Creux de l’Enfer, qui précèdent le pont Saint Jean.


































Les conditions de travail étaient extrêmement pénibles. Les émouleurs travaillaient allongés sur le ventre au dessus de leur meule, un chien couché sur leurs jambes pour lui tenir chaud et assurer sa circulation sanguine.























Le progrès de la technique et l’électricité ont donné naissance à de puissantes usines, ce qui explique que ce site de la vallée de la Durolle soit à l’abandon.


 

 

 

 

 

 

 

 



























Outre la coutellerie traditionnelle, la fabrication s’étend aux couverts, articles de cuisine, pièces détachées automobiles et même aux instruments de chirurgie.






















La promenade est assez rude en effet la ville de Thiers est étagée sur les flancs du ravin de la Durolle et pour rejoindre le vieux Thiers, il faut monter, monter…La plupart des rues anciennes sont piétonnes et étroites, bordées de maisons à pans de bois du XVème au XVIIème siècle.




































Au 21 rue de la Coutellerie dans une magnifique maison du XVème siècle, se trouve le musée de la Coutellerie. On y voit évoluer des artisans qui nous expliquent les différentes phases de fabrication des couteaux : forge, trempe, émoulure, façonnage et montage des manches, sculpture gravure et polissage.




































On y trouve aussi une magnifique collection de couteaux anciens et récents ou d’apparat.

Ici un manche de couteau magnifiquement sculpté en bois.

 











































Il y a aussi des couteaux précieux comme ces magnifiques couteaux fermant en or du XVIIIème siècle.














































Ou encore ces couteaux à manche en corne de facture allemande.
















































Cette visite a été passionnante, on se retrouve même dans un sous-sol sombre où tout l’outillage de l’époque se met en marche dans une chaleur et un bruit terrible : on se rend vraiment compte de la pénibilité des tâches pour pouvoir réaliser de tels chefs d’œuvre !

 

Mais il est temps de repartir et après un dernier coup d’œil au Puy de Dôme à la hauteur de Clermont Ferrant, je reprends ma route, riche de toutes les richesses de cette belle région qu’est l’Auvergne.


















































Partager cet article

Repost 0
Published by fred37 - dans Voyage
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de fred37
  • Le blog de fred37
  • : Un blog pour partager.J'ai eu envie de faire connaître mes émotions, mes coups de coeurs pour l'art sous toutes ses formes mais aussi toutes les visites, expositions et voyages qui ont su me toucher. Je vous en propose des photos, merci de me contacter pour l'utilisation de celles-ci.
  • Contact

Profil

  • fred37
  • Très curieuse des gens,leur histoire et leur culture,j'apprécie l'art mais aussi tous ces petits moments de bonheur qui font que la vie vaut d'être vécue. Entre dynamisme et hyper sensibilité, je profite de tout et vogue à travers le temps...
  • Très curieuse des gens,leur histoire et leur culture,j'apprécie l'art mais aussi tous ces petits moments de bonheur qui font que la vie vaut d'être vécue. Entre dynamisme et hyper sensibilité, je profite de tout et vogue à travers le temps...

Recherche

Catégories

Liens