Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 21:27
Moyen-âge : le temps et sa mesure
le temps et sa mesure

Aujourd'hui, à l'heure de l'informatique, notre vie est rythmée par nos horaires de travail, de transport, de spectacle. Nous sommes en permanence connectés à l'heure via notre montre, notre téléphone portable, notre voiture, nos écran d'ordinateur ou de télé.

 

Mais comment faisait-on au Moyen-âge ? Je traiterai dans un premier temps la notion de temps médiéval puis je ferai un état des lieux des instruments servant à mesurer le temps existant en ce temps là.

 

 

Mais comment avait-on conscience du temps au Moyen-âge ?

 

Tout d'abord au Moyen-âge, le temps n'avait pas la précision rigoureuse qu'il a aujourd'hui, il était réglé sur les saisons.

Si l'année faisait en moyenne 365 jours, les saisons n'étaient pas fixes mais dépendaient de la météo, la longueur des jours variait, elle, en fonction des saisons et l'homme vivait en fonction des jours.

Rien n'était fixé et tout évoluait au fil des l'années.

 

Les Jours au Moyen-âge

 

Si la durée "naturelle" des jours est de 24 heures, la journée médiévale est donc "artificielle" et commence au lever du soleil pour se terminer à son coucher. On comprend bien que les journées étaient plus longues en été qu'en hiver ...

Le travail se calque sur cette journée et on travaille plus longtemps en juin qu'en décembre.

Le travail de nuit, lui est interdit.

 

Les heures 

 

Pour les paysans et les marchands, les jours étaient rythmés par les cloches qui sonnaient les heures canoniales.

Les heures canoniales, qui peuvent être mises en rapport avec le décompte des heures romain, sont inégales selon la longueur de la journée.

 

les heures canoniales de la journée sont :

 

  • Prime : qui correspond au lever du soleil mais aussi à la première heure romaine
  • Tierce : qui indique l'heure du casse-croûte et la 3ème heure romaine
  • Sixte : qui correspond à midi et donc à l'heure du dîner soit la 6ème heure romaine
  • None : qui correspond au milieu de la demie journée et 9ème heure romaine
  • Vêpres : qui correspond à la tombée de la nuit et au souper,  12ème heure romaine

 

les heures canoniales de la nuit sont :

 

  • les Complies : qui détermine l'heure du coucher
  • les Matines : qui correspond à minuit
  • les Laudes : milieu de la nuit 

 

Chacune de ces heures étaient rythmées par des sonneries de cloches qui appelaient les moines à la prière et donc indiquaient à l'homme le rythme de sa journée.

 

Pour faire une correspondance avec nos heures, imaginons que le soleil se lève à 6h, alors le paysan se lèvera à Laudes soit 3h, fera d'abord sa prière, ses ablutions puis ira aux champs à Prime soit 6h jusqu'à Tierce soit 9h où il prendra une collation, retournera travailler jusqu'à Sixte soit 12h où il dînera.

De Sixte à None, soit de 12h à 15h, soit il reprendra son ouvrage soit il fera une sieste en effet le mot "sieste" vient de "Sixte"..... les cloches le réveilleront !

De sixte aux Vêpres, soit de 15h à 18h, il travaillera, aux Vêpres après une prière il rentera souper, faire ses ablutions, il se couchera à Complies soit 21h.

Un sommeil de 6h, une journée bien remplie ....

 

Mais il ne faut pas oublier qu'au solstice d'été, le soleil se lève un peu après 4h .... et donc le paysan se lèvera à Laudes soit environ 2h du matin !  

 

Les prières du lever et du coucher :

 

il y plusieurs prières recommandées, elles s'adressent soit à Dieu soit à la vierge Marie ou les deux. Elles sont en latin pour les moines et en vieux François pour les non instruits.

Je vous en propose deux exemples.

 

prières du lever  à Laudes :

 

  • ~ Gracias ago tibi, Domine Deus omnipotens, qui es trinus et unus, qui es semper in omnibus, et eras ante omnia, et eris per omnia Deus benedictus per saecula, qui me de transacto noctis spacio ad matutinales horas deducere dignatus es. Et nunc queso, Domine, ut donas nihi hunc diem per tuam sanctam misericordiam sine peccato transire quatenus ad vesperum. Et simper tibi, Domino Deo meo, refferre valeam actiones graciarum. Per Christum, Domimum nostrum. Amen.

cela signifie : 

Seigneur Dieu tout-puissant, Un en trois personnes, qui étais, qui es et qui seras en toutes choses le Dieu béni dans les siècles, je Te rends grâce de ce que Tu as daigné me conduire du commencement de cette nuit jusqu'aux heures du matin. A présent, je Te prie de me permettre, dans Ta sainte miséricorde, de passer ce jour sans pêcher, de telle manière que je puisse à nouveau ce soir, te rendre grâces, T'adorer et Te saluer, Toi, mon Dieu et mon Seigneur.

 

  • ~ Domine sancte, Pater omnipotens, aeterne Deus, qui me ad principium huius diei pervenire fecisti, tua me hodie salva virtute ut in hac die ad nullum declinem mortale peccatum, ne ullum incurram periculum ; sed semper ad tuam justiciam et voluntatem faciendam omnis mea actio tuo moderamine dirigatur. Per Christum.

​cela signifie :

Seigneur tout puissant, Père éternel, Toi qui m'as permis de parvenir jusqu'au commencement de cette journée, garde moi, par Ta sainte puissance, de tout péril, afin que je ne commette aucun péché mortel et que sous Ta douce direction mon esprit soit porté à accomplir Ta sainte justice et agir selon Ta volonté.

 

 

prières au coucher à Complies :

 

  • ~ Sancta Maria, mater domini nostri Iesu Christi, in manus filii tui et in tuas commendo hodie et omni tempore animam meam, corpus meum, et sensum meum. Custodi me, Domini, a cunctis viciis, a peccatis, et a temptacionibus diaboli ; et ab eis libera me, Domine Iesu Christe, et adjuva me. Dona mihi sanitatem anime et corporis. Dona mihi bene agere et in isto saeculo recte vivere et bene perseverare, et omnium peccatorum meorum remissionem concede. Salva me, Domine, vigilantem, custodi me dormientem et dormiam in pace et vigilem in te, Deus meus. Amen.

cela signifie :

Marie, Sainte Mère de Jésus Christ, je remets mon âme, mon corps et mon esprit entre les mains de ton Fils béni et les tiennes, aujourd'hui et pour tous les temps. Seigneur, garde-moi de tout vice, de tout péché et de toute tentative diabolique et délivre moi de tout péril. Seigneur, doux Jésus, viens à mon secours et donne moi la santé de l'âme et du corps. Donne moi la volonté de faire le bien et de persévérer en ce monde dans la voie de la justice. Seigneur, garde moi quand je suis éveillé et protège moi dans mon sommeil afin que je dorme en paix et que je veille en Toi dans la gloire du paradis.

 

Ces exemples de prières sont tirés de divers Livres d'heures et sont en latin, il en existe aussi en vieux François ce qui montre l'importance de la divulgation de ces prières même pour les non latinistes

 

Gervais du Bus et Chaillou de Pesscain- Le Roman de Fauvel - Paris - 1318-1320- dessin du Maître de Fauvel

Gervais du Bus et Chaillou de Pesscain- Le Roman de Fauvel - Paris - 1318-1320- dessin du Maître de Fauvel

Les instruments de mesure du temps

 

Le ciel

 

C'est le premier instrument de mesure du temps.

On a bien compris que les paysans du Moyen-âge vivent au rythme des saisons et du soleil. S'ils habitent près d'un village, la cloche les informe de l'heure mais s'ils habitent en un lieu isolé pas de cloche, ils sont donc livrés à eux-même.

Il leur est facile de voir où se lève le soleil et où il se couche, le milieu de la journée, soit à Sixte (midi), est marqué par le soleil au milieu du ciel. Cela leur suffit, la mesure du temps n'est pas leur priorité. Ils se réfèrent au soleil, au froid, au chaud et aux évèments marquants comme un mariage, un enterrement, la grêle, une catastrophe naturelle, pour se resituer dans le temps.

 

les Riches Heures du Duc de Berry - Février et Octobre
les Riches Heures du Duc de Berry - Février et Octobre

les Riches Heures du Duc de Berry - Février et Octobre

 

les chandelles

 

Pour le soir, une fois le soleil couché, le temps est rythmé par la chandelle. La chandelle est l'ancêtre de la bougie. Elle est formée d'une mèche de chanvre trempée dans du suif de mouton. Elle brûle avec une forte odeur et une fumée très noire.

Mais le plus important c'est que les chandelles du Moyen-âge, calibrées, brûlent en 3 à 4 heures ce qui permet de connaître Complies (21 h, heure du coucher)  qui se situent 3h après Vêpres et ainsi de suite.

chandelle de suif

chandelle de suif

 

le cadran canonial et le cadran solaire

 

le cadran solaire existe depuis la nuit des temps, les premiers ayant été trouvés en Egypte. Il est formé d'une table horizontale, ou verticale s'il est adossé à un mur, comme sur les églises et abbayes, avec une tige perpendiculaire à la table appelée style.

 

Il sert à indiquer les heures canoniales qui rythment la vie du Moyen-âge.

Il servira jusqu'au XVIème siècle, époque à laquelle il sera supplanté par un cadran solaire doté d'un style polaire orienté vers l'étoile polaire, donc incliné et qui prend en compte la notion de rotation de la terre. Ce type de cadran existait depuis longtemps dans le monde arabe.

Le style incliné donne l'heure sur toute la longueur de son ombre et non plus juste sur l'ombre de la pointe du sylet droit.

 

Le cadran à style droit peut facilement être reproduit par le paysan, il lui suffit de planter un bâton dans le sol et de dessiner les repères sur la terre.

Le cadran à style incliné, lui, est dans un premier temps résevé aux érudits qui admettent le mouvement terrestre.

 

inconvénient : il faut du soleil et il ne donne pas l'heure la nuit !

 

 

cadran canonial

cadran canonial

cadran solaire à style polaire- Musée de Cluny- XVème siècle

cadran solaire à style polaire- Musée de Cluny- XVème siècle

 

cadran solaire portatif

 

il existe aussi des cadrans portatifs résevés aux riches et aux ecclésiastiques de haut rang qui sont transportables et que l'on peut poser sur une table, un rebord de fenêtre.

Ils sont souvent en or et très ouvragés.

 

On peut parfois y trouver une devise comme :

 

  • Carpe diem qui signifie profite du moment

  • Tempus fugit irreparabile qui signifie le temps passe inexorablement

 

cadran portatif

cadran portatif

 

le cadran des bergers

 

Depuis le XIème siècle, il existe aussi des cadrans portatifs qui servent aux bergers. Ce cadran est constitué d'un cylindre de petite hauteur, environ 10cm et d'une petite lame en métal ou en os repliable à son extrémité supérieure. Sur le cylindre sont tracées des lignes indiquant les courbes horaires.

Le cylindre doit être tenu verticalement et la lame doit être dépliée perpendiculairement au cylindre qui doit être, lui, face au soleil. L'heure est indiquée par l'ombre la plus fine possible portée sur une des graduations.

cadran de berger ou montre du berger

cadran de berger ou montre du berger

 

Le cadran équatorial ou équinoxial

 

Le cadran équatorial est lui aussi un cadran portatif le plus souvent.

Il est constitué d'une partie plane et fixe, d'une table parallèle à l'équateur et d'un style fixé sur celle-ci parallèle à l'axe de la terre pointé vers le nord. Les lignes représentant les heures partent au niveau de l'intersection du style et du plan.

 

Le plan du style définit le méridien et son angle avec la table, la latitude. 

Il fonctionne comme un globe terrestre, faisant un tour sur lui-même en 24h.

il donne l'heure solaire du lieu où il est installé mais peut être utilisé sous toutes les latitudes.

cadran équatorial

cadran équatorial

le quadrant

 

Cet instrument est de petite taille en moyenne de 10 à 20cm de rayon, il est le plus souvent en cuivre mais peut-être en bois ou en or pour les plus riches.

Il est formé par 2 côtés perpendiculaires et par un limbe en forme de quart de cercle, il est gradué de 0° à 90°, et comporte une petite visée. Un fil à plomb est accroché au centre du cercle.

 

Le quadrant est gravé de deux séries de lignes, des lignes correspondant aux heures et des lignes correspondant aux dates.

le fil à plomb est en général muni d'une perle coulissante que l'on règle en fonction de la date en réglant sa distance par rapport au centre du quadrant. Si on vise le soleil avec le quadrant, la perle undiquera alors l'heure exacte.

miniature de Batholomaeus Angélus dans le le livre des propriété des choses- XIIIème siècle-BNF

miniature de Batholomaeus Angélus dans le le livre des propriété des choses- XIIIème siècle-BNF

Moyen-âge : le temps et sa mesure

 

L'astrolabe

 

Il existe depuis l'antiquité, IIème siècle avant J.C, conçu par Hipparque, et a traversé les siècles jusqu'au Moyen-âge.

 

L'astrolabe est une représentation plane de la sphère céleste avec les méridiens, l'équateur et la position d'astres pour une latitude donnée.

 

Il est formé de 6 pièces  :

  • la mère qui est le support des autres pièces, elle est gravée sur sa face supérieure en heures et sur son dos en degrés avec le calendrier et les signes du zodiaque...

  • le limbe qui est le cercle gradué extérieur de la mère

 

  • le tympan, est fixé sur le dessus de la mère, fixe lui-même il est gravé de cercles qui définissent les positions astronomiques, il représente le ciel local, ce qui est au-dessus de la tête de l'observateur. Il est gravé de cercles, cercles d'altitude, d'horizon, d'azimuth mais aussi tropiques et équateur

 

  • l'araignée, mobile, est une jolie pièce très travaillée avec des zones ajourées. C'est une projection de la carte du ciel avec des pointes représentant l'emplacement d'étoiles telles Altaïr, Véga, Beltégeuse ... Il y a aussi sur cette araignée un cercle qui represente la position du soleil sur la sphère des étoiles tout au long de l'année.

 

  • l'alidade fixée sur l'axe de l'astrolabe à l'arrière de la mère elle permet de faire la visée

  • l'aiguille ou règle ou ostensor, fixée sur l'axe de l'astrolabe en avant de l'araignée, elle est gravée en déclinaison et permet la lecture de l'heure.

l'astrolabe avait de mutiples fonctions.

grâce à lui on pouvait mesurer des hauteurs inaccessibles, des angles en topographie, s'orienter en fonction de la position du soleil, déterminer les coordonnées horaires du soleil, d'une étoile, connaître l'heure de lever et de coucher du soleil ou d'une étoile à une date donnée, mais surtout et c'est ce qui nous intéresse ici lire l'heure de jour comme de nuit.

 

voici un lien vers une vidéo qui nous fait découvrir l'astrolabe et son fonctionnement

 

en ce qui concerne les heures de jour, le fonctionnement est le même que pour l'heure de nuit sauf qu'on ne fixe pas une étoile mais le soleil, or on ne peut fixer le soleil du regard avec l'alidade sans danger.

Il suffit alors d'orienter l'alidade vers le soleil et de faire passer ses rayons à travers de façon à n'obtenir qu'une seule tâche lumineuse au sol, cela s'appelle peser le soleil. On déterminera ainsi l'angle avec l'horizon dont on a besoin : c'est l'angle d'altitude du soleil.

 

en retournant l'astrolabe on tourne l'araignée de façon à ce que la date soit au-dessus du cercle d'altitude correspondant à celle du soleil. On amène alors l'aiguille sur la graduation de la date et on lit l'heure sur le limbe de la mère

"peser le soleil"

"peser le soleil"

il faut bien reconnaître aussi que l'utilisation de l'astrolabe s'adresse à des érudits, des capitaines de marine, des architectes ou des mages. Le paysan ne savait l'utiliser à cause de sa complexité et de son prix, et de plus leurs préoccupations étaient bien différentes, ils ne s'inquiétaient pas de la course du soleil mais de sa présence ou non et de son influence sur leurs cultures et donc leurs revenus.

 

D'autre part le calcul de l'heure exacte est laïque et les petites gens ne se fient qu'aux heures religieuses, comme on l'a vu.

Hermann de Carinthie tenant un astrolabe dessin de Mathieu-Paris- XIIIéme siècle

Hermann de Carinthie tenant un astrolabe dessin de Mathieu-Paris- XIIIéme siècle

 

la clepsydre

 

Connue depuis l"antiquité, la clepsydre est composée de 2 récipients, en terre au Moyen-âge, posés l'un au dessus de l'autre. Le récipient le plus haut est percé en sa base d'un petit trou. Rempli d'eau, cette dernière s'écoule doucement dans le récipient qui est le plus bas.

On voit ainsi le temps s'écouler  ...

La clepsydre est encore utilisée au Moyen-âge mais surtout pour mesurer un temps assez court comme par exemple pour un temps d'arrosage, une entrevue accordée, un accord à sceller, un marché ou une vente à conclure ..... son utilisation va rapidement s'éteindre, cependant elle a un avantage : elle fonctionne de nuit !.

clepsydre

clepsydre

 

le sablier

 

Découlant de la clepsydre, le sablier fait son apparition au XIIIème siècle. Il est d'abord constitué de 2 ampoules de verre reliées entre elles par un petit tuyau. Une des ampoules est remplie de sable ou de coquilles d'oeuf pilées ou pour les plus luxueux de marbre en poudre. Le sable s'écoule de l'ampoule supérieure vers l'inférieure.

Avec les progrès des souffleurs de verre du Moyen-âge, les sabliers se feront d'un seul tenant.

 

On voit là aussi le temps s'écouler, un temps assez court mais une fois le sable écoulé, on retourne le sablier et un nouvel espace temps débute.

 

Ces sabliers sont souvent retrouvés dans les échoppes ou chez les artisans, en milieu urbain donc.

 

Ils ont cependant des inconvénients, usure dûe au sable qui s'écoule, variation en fonction de la position plus ou moins horizontale et enfin leur fragilité ... 

 

Le Jeu de Cartes de Charles VI de France peint par Jacquemin Gringonneur (1392)

Le Jeu de Cartes de Charles VI de France peint par Jacquemin Gringonneur (1392)

 

le carillon

 

On a vu que les cloches rythment la vie médiévale en sonnant à la volée pour que le son se propage le plus loin possible. On manoeuvre alors les cloches en tirant une corde qui met en mouvement la cloche ou le battant de la cloche.

 

Mais il existe une autre façon de produire un son avec les cloches et ce depuis le XIème siècle. Les cloches étant fixes, on les fait résonner en les heurtant manuellement avec un petit marteau.

 

Le mot "Carillon" vient du gallo-romain "Quadrinione" venant lui même du latin "quaternio" qui signifie groupe de quatre. Les carillons dignes de ce nom auront donc au moins 4 cloches.

 

Le fait d'avoir plusieurs cloches permet au sonneur du Moyen-âge d'exécuter non par un simple son mais une mélodie complète qui s'adapte à chaque instant à signaler. En entendant telle ou telle mélodie on sait alors s'il est Sixte ou None par exemple.

 

Ces carillons se trouvent au Moyen-âge dans les églises, les monastères pour les heures canoniales et les Beffroi qui définissent, eux, un temps laïque de début et fin de travail, de même que le temps de repas .

 

 

psautier français du XIIIème siècle

psautier français du XIIIème siècle

 

Le carillon hydraulique

 

Dès le XIIème siècle, on fait évoluer le Carillon en lui adaptant la technique de la Clepsydre. 

Le carillon hydraulique est né, il n'est plus manuel mais mécanique. L'eau entraine une roue dentelée qui elle-même actionne des petits marteaux qui viennent heurter les cloches. Quel soulagement pour sonner Matines ou Laudes !

 

Ces carillons hydrauliques se retrouvent rapidement dans les villes, les monastères et les églises.

 

Leurs inconvénients : l'évaporation de l'eau ou le gel !

bible du XIIIème siècle

bible du XIIIème siècle

 

le carillon mécanique

 

AU XIIIème siècle, on remplace le carillon hydraulique par un carillon mécanique.

Les carillons sont soit à Foliot soit à échappement.

Un axe vertical monté sur un balancier appelé "la verge" porte des palettes qui reçoivent les impulsions de la roue de rencontre, c'est l'échappement à verge.

Les petits marteaux ainsi déclenchés vont frapper les cloches comme pour le carillon hydraulique.

 

Moyen-âge : le temps et sa mesure

 

L'horloge à poids

 

C'est au XIVème siècle que vont apparaître les horloges à poids. Ce sont de grandes mécaniques destinées aux clochers, aux cathédrales ( Beauvais, Caen, Strasbourg ...) ou aux édifices publiques

Cependant les premiers mécanismes étant en fer, ils étaient soumis à la rouille.

 

Le progrès est en marche et le fer est rapidement remplacé par le cuivre et les mouvements moins encombrants et plus esthétiques permettent la création d'horloges à poids dites de maison.

 

A cette époque, ces horloges extrèmenent ouvragées autour du cadran et richement décorées s"adressent évidemment aux rois, aux princes ou aux grands prélats de par leur coût.

 

horloge à poids de maison- XIVème siècle

horloge à poids de maison- XIVème siècle

 

l'horloge murale

 

la technique des horloges à poids ayant évolué, les mécanismes, les rouages se font plus discrets et l'horloge-carillon sonne désormais les heures mais aussi les demi-heures et même les quarts d'heure. On les accroche au mur, elles deviennent un signe extérieur de richesse. 

 

 

"le repas chez Simon" - XVème siècle - école française - Musée des Beaux Arts de Lille 1

"le repas chez Simon" - XVème siècle - école française - Musée des Beaux Arts de Lille 1

 

les horloges de table

 

Fin XIVéme, l'invention du ressort permet de supprimer les poids et on voit apparaître les premières horloges de table. C'est la porte ouverte à la miniaturisation qui permettra la réalisation des premières montres au XVème siècle mais ceci est une autre histoire ...

 

horloge de table

horloge de table

 

Conclusion

 

Il y a eu, comme on l'a vu, une énorme évolution dans la recherche de la mesure du temps mais force est de constater qu'il y a deux mesures du temps distinctes au Moyen-âge : le temps religieux et le temps laîque, celui du petit peuple et celui des gens fortunés.

 

J'espère vous avoir intéressé et pour finir je voulais vous présenter l'enluminure qui m'a interpellée et qui m'a donné l'envie de cet article. 

J'ai tiré certaines des illustrations de cette enluminure.

Cette enluminure a été réalisé par un anonyme au XIVème siècle, elle est tirée d'un manuscrit, l'Horologium Sapientiae (l'Horloge de la Sagesse), rédigé par le moine dominicain Heinrich Seuse (Henri Suso). Il s'agit d'un traité de morale en 24 chapitres comme les 24h du jour. La Sagesse, qui est aussi le Christ, enseigne à son disciple que l'homme doit faire ses dévotions et méditer sur le passage du temps...

 

une page de l'Horologium Sapientiae - Henrich Seuse

une page de l'Horologium Sapientiae - Henrich Seuse

détail de la page ci-dessus

détail de la page ci-dessus

 

et pour terminer, rappelons nous des devises notées sur les cadrans médiévaux : Tempus fugit irreparabile et surtout Carpe Diem, devises à appliquer sans modération !

 

 

 

 

 

 

 

Moyen-âge : le temps et sa mesure

cadran

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de fred37
  • Le blog de fred37
  • : Un blog pour partager.J'ai eu envie de faire connaître mes émotions, mes coups de coeurs pour l'art sous toutes ses formes mais aussi toutes les visites, expositions et voyages qui ont su me toucher. Je vous en propose des photos, merci de me contacter pour l'utilisation de celles-ci.
  • Contact

Profil

  • fred37
  • Très curieuse des gens,leur histoire et leur culture,j'apprécie l'art mais aussi tous ces petits moments de bonheur qui font que la vie vaut d'être vécue. Entre dynamisme et hyper sensibilité, je profite de tout et vogue à travers le temps...
  • Très curieuse des gens,leur histoire et leur culture,j'apprécie l'art mais aussi tous ces petits moments de bonheur qui font que la vie vaut d'être vécue. Entre dynamisme et hyper sensibilité, je profite de tout et vogue à travers le temps...

Recherche

Catégories

Liens