Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 octobre 2017 7 08 /10 /octobre /2017 13:56

costume de déporté

 

Aujourd'hui j'ai eu envie de vous faire lire un poème de Martin Niemöller (1892-1984)

 

Mais qui est Martin Niemöller ? son nom n'est pas des plus connu ...

Ce jeune allemand a d'abord servi, pendant la guerre de 1914-1918 dans les sous-marins allemands, les fameux U-Boat. Il devient premier officier et obtient même le commandement d'un U-Boat en 1917, il s'illustre par le torpillage réussi de navires alliés.

 

Après la 1ère guerre, et la prise de conscience de l'immoralité des conflits, il devient pasteur.

 

Lors de la seconde guerre mondiale, il fonde un groupe de pasteurs protestants dissidents qui s'opposent aux idées antisémites du régime hitlérien et prônent la tolérance énoncée dans la Bible.

 

Au regard de ses prises de position, il est arrêté et déporté en 1937 au camp de Sachsenhausen puis transféré à Dachau en 1941.

 

Ce poème a été écrit en 1946 et il l'a fait évolué au fil des années, je vous en propose une version la plus complète possible.

 

J'ai voulu partager ce texte car je le trouve tout à fait d'actualité. 

Bonne lecture !

 

 

Comment cela a-t-il été possible?

Quand les Nazis sont venus chercher

les communistes,

je n'ai rien dit

En effet, je n'étais pas communiste

 

Quand ils ont jeté en prison

des sociaux-démocrates,

je n'ai rien dit

En effet, je n'étais pas social-démocrate

 

Quand ils sont venus chercher

les syndicalistes,

je n'ai pas protesté

En effet je n'étais pas syndiqué

 

Quand ils sont venus enfermer

les malades mentaux,

je n'ai rien dit

En effet je n'étais pas mentalement malade

 

Quand ils sont venus chercher

les juifs,

je n'ai rien dit

En effet je n'étais pas juif

 

Quand ils ont jeté en prison

les catholiques,

je n'ai rien dit

En effet je n'étais pas catholique

 

Et lorsqu'ils sont venus me chercher

il ne restait plus personne

pour protester

 

image extraite du film "le monde, la chair et le diable"

image extraite du film "le monde, la chair et le diable"

 

j'espère que ce poème trouve un écho dans vos conscience et qu'il mobilisera votre vigilance comme il mobilise la mienne.

Martin Niemöller

 

Repost 0
Published by fred37 - dans poésie société
commenter cet article
26 septembre 2017 2 26 /09 /septembre /2017 20:04

 

marbre de Carrare

Je vous propose un tour d'horizon sur les Carrières de Carrare, origine, historique, technique, utilisation et avenir mais aussi pour finir un entretien avec un carrier de Colonnata.

Origine

 

Le marbre de Carrare est une roche métamorphique dérivée du calcaire et principalement constituée de cristaux de calcite selon Wikipédia, mais allons plus loin ...

 

Un calcaire est une roche sédimentaire résultant du dépôt, de l'accumulation de squelettes, de coquilles calcaires de toutes tailles en milieu marin. Cette accumulation s'est faite lors du cycle hercynien. (-300 millions d'années).

 

Le métamorphisme est, lui, l'ensemble des éléments physiques et chimiques qui transforment et altèrent des roches.

Le métamorphisme se produit lors de la formation d'une chaîne de montagnes, ici la chaîne Alpine, résultant de la collision tectonique des plaques continentales européenne et africaine il y a 100 millions d'années.

 

A l'ère tertiaire, la roche sédimentaire de surface est entraînée vers les profondeurs où elle est soumise à une forte augmentation de pression et de température  La roche subit alors un changement de textures et de structures avec apparition ou cristallisation de nouveaux minéraux et ceci pendant environ 20 millions d'années.

La roche métamorphisée remonte ensuite au sein de strates et l'érosion favorise son affleurement.

 

réf: http://www.franckpoupel.fr/2010/news/mineraux-et-gemmes/apercu-geologique-de-la-region-massa-carrara/

réf: http://www.franckpoupel.fr/2010/news/mineraux-et-gemmes/apercu-geologique-de-la-region-massa-carrara/

Les Alpes Alpuanes sont donc formées principalement de marbre blanc et de marbre gris du jurassique inférieur.

 

Le marbre blanc de Carrare est dense, il a été uniformisé et ne contient plus de structures sédimentaires ni de fossiles.

 

Sa blancheur en a fait sa renommée.

historique d'exploitation

 

Connues depuis les temps les plus anciens, il y a 2000 ans, les carrières de Carrare ont d'abord été utilisées par les hommes de l'âge de bronze pour façonner des ustensiles, des amulettes de protection ou funéraires et des parures.

 

Ce sont les Romains qui ont véritablement développé l'extraction du marbre pour leurs édifices et statues, comme Jules César, en -50 av J.C, qui en a fait de nombreux bâtiments publics à Rome et ou les riches Romains qui l'employaient pour leurs belles demeures patriciennes.

Les Romains étaient très exigeants en ce qui concerne leurs édifices et n'utilisaient que des pierres de meilleure qualité et donc tout naturellement ce sont intéressés à ce très beau marbre blanc de Carrare.

Pour l'extraction du marbre, les Romains utilisaient des pics, des coins et des leviers et pour débiter les blocs des marteaux, des maillets, des ciseaux et des masses.

Les premiers travailleurs à extraire le marbre étaient des esclaves,des condamnés ou des chrétiens, le Marmorarius extrayait le marbre, le Quadratarius taillait les blocs bruts et le Serrarius tranchait le bloc en plaques. Le marbre ensuite était acheminé par voie d'eau à partir du port de Luni d'où son nom Marmo Lunense  qui signifie marbre de Luni puis il deviendra le marbre de Lune en analogie à sa couleur.

Si vous voulez approfondir ce sujet je vous conseille le livre "Il marmo .... ieri et oggi" des éditions Sociéta Editrice Apuana Carrara, très bien documenté.

"Il Marmo ... Ieri e oggi - Storia fotografica della lavorazione del marmo"

"Il Marmo ... Ieri e oggi - Storia fotografica della lavorazione del marmo"

 

D'abord il fallait procéder à la découverture du site et à la mise au jour de la roche correspondant à l'enlèvement d'une épaisseur de terre quelque fois de 2 à 3 mètres d'épaisseur.

Pour l'extraction, les Romains délimitaient une rainure au pic, inséraient des coins de fer à l'aide de masses pour détacher le bloc de la montagne, ensuite ils glissaient des cales de bois qu'ils mouillaient pour les faire gonfler, augmentant ainsi le détachement de la roche, et dans le même temps appliquaient une traction à l'aide de cordes de chanvre tirées par des boeufs pour faire tomber le bloc de marbre au sol.

Ce travail était difficile, lent et provoquait un résultat pas toujours à la hauteur des attentes.

 

Ensuite il fallait tailler le bloc au sol pour lui donner une forme globalement cubique, on utilisait des marteaux et des ciseaux, là encore le travail était lent et pénible. Travail pénible car soumis à une forte cadence du fait de la grande demande de marbre.

 

Puis il fallait acheminer les blocs jusque dans la vallée et au port. Pour cela on a d'abord littéralement fait rouler les blocs sur les pentes qui ensuite devaient s'arrêter sur un tas de gravas. Enfin les Romains ont disposé des rails en bois humidifiés et laissaient glisser les blocs jusqu'à la mer en les dirigeant ou les retenant d'en haut grâce à des cordes de chanvre et à leurs muscles.

outils romains - Carrare

outils romains - Carrare

 

Le travail dans les carrières de Carrare connut un déclin voire un abandon dû à l'arrêt des commandes de marbre tant pour les constructions que pour le statuaire lors des grandes invasions qui affluèrent en vague sur l'empire Romain. Les Huns, les Ostrogoths, les Wisigoths, les Vandales, les Lombards et autres "barbares" provoquèrent la mise à sac et la chute de l'Empire Romain.

réf:http://voyagesenduo.com/italie/rome_antique_fin_empire.html

réf:http://voyagesenduo.com/italie/rome_antique_fin_empire.html

 

C'est la montée du christianisme qui a relancé l'extraction du marbre de Carrare. En effet le développement du christianisme entraînait la construction d'édifices religieux et leur décoration.

Au Moyen âge,  le marbre blanc était synonyme de pureté et donc tout indiqué pour les cathédrales et les statues religieuses.

 

Le travail en carrière était toujours aussi pénible et n'avait pas beaucoup évolué depuis les temps romains.

Les outils restaient les mêmes, les ouvriers n'étaient plus des esclaves mais des carriers professionnels si l'on peut dire, les améliorations concernaient l'utilisation de la "grue" en bois pour bouger les blocs et l'invention d'un genre de luge, la Lizza, sur laquelle on pouvait charger plusieurs blocs de marbre, jusqu'à 25 tonnes, pour les descendre vers la vallée. 

Le risque était permanent car la Lizza, retenue malgré tout par des cordes du haut de la montagne, pouvait basculer ou bien dévaler la pente après rupture des cordes et tuer ou mutiler les carriers.

il cantiere medioevale  par Spinello Aretino  (14ème siècle)

il cantiere medioevale par Spinello Aretino (14ème siècle)

chèvre à 3 pieds . biblio Bourgeoise de Berne

chèvre à 3 pieds . biblio Bourgeoise de Berne

Musée du Duomo - Florence

Musée du Duomo - Florence

joseph sheppard - La_Lizzatura

joseph sheppard - La_Lizzatura

 

Les carrières de Carrare ont trouvé leur essor avec la Renaissance.

La Renaissance a débuté au 15ème siècle, les italiens ont fait renaître la statuaire antique. Ils commencèrent à représenter des corps nus plus valorisés et détaillés, ils proposaient des poses plus en mouvement, obligeant le spectateur à en faire le tour pour bien voir tous les détails.

Le marbre blanc de Carrare, blanc parfait, correspondait tout à fait au matériau noble que recherchaient des sculpteurs comme Donatello, Andréa del Verrocchio,  Lombardo, Sansovino ou Michel Ange.

 

Pour la petite histoire, Michel Ange qui avait l'habitude de venir choisir lui-même ses blocs de marbre à Carrare a failli se faire écraser par une Lizza plusieurs fois.

Il a sculpté le fameux David dans un bloc de marbre dont aucun autre sculpteur ne voulait car très étroit et de qualité moindre du fait d'une fissure, une brèche qu'il a utilisé pour créer l'espace entre le bras et le torse.

David par Michel Ange - musée del Académia - Florence

David par Michel Ange - musée del Académia - Florence

la Tribuna - lmusée des Offices - Florence

la Tribuna - lmusée des Offices - Florence

Michel Ange - Chapelle des Medici - Florence

Michel Ange - Chapelle des Medici - Florence

le Baptistère, le Duomo et le Campanile de Florence - façade de marbre

le Baptistère, le Duomo et le Campanile de Florence - façade de marbre

Au fil des époques, les carriers ont amélioré le transport en utilisant non plus la Lizza mais le transport en chariot tiré par des boeufs. La route cahotante empruntée existe encore et s'appelle la Via Carriona.

Nikolai Ge - transport du marbre à Carrare - 1868

Nikolai Ge - transport du marbre à Carrare - 1868

La découpe des blocs en plaques s'est progressivement faite à l'aide de scie, comme des scies à bois, et cela jusqu'au XIXème siècle.

Marbrerie - Encyclopédie Diderot d'Alembert

Marbrerie - Encyclopédie Diderot d'Alembert

artiste inconnu - réf: http://www.pierres-info.fr/dessins_peintures_7/index.html

artiste inconnu - réf: http://www.pierres-info.fr/dessins_peintures_7/index.html

Autre amélioration notoire, l'utilisation de la "poudre noire". "La poudre noire" était un explosif utilisé pour séparer les blocs de la montagne rendant ainsi le travail moins fastidieux en remplaçant les coins et trépans posés par l'homme.

 

La poudre noire était insérée dans des trous de forage et son efficacité était incontestable, des pans entiers de montagne tombaient après l'explosion.

 

Cependant il y avait des inconvénients.

D'abord il ne fallait pas se tromper dans la fabrication de cette poudre Pour obtenir de la poudre il fallait mélanger du charbon de bois, du salpêtre et du soufre, une erreur dans les doses pouvait entraîner une instabilité du produit.

Ensuite après avoir déposé la poudre dans les trous prévus à cet effet, l'allumage se faisait à la mèche et l'on comprend aisément les risques encourus.

Enfin l'éboulement provoqué par l'explosion pouvait soit entraîner la mort d'un ou plusieurs ouvriers soit abîmer les blocs et les rendre impropres à la vente. De même les traces noires laissées par la poudre sur le marbre blanc le rendait inutilisable.

Le tonnerre claque et la pierre vole- Edwin B.Child

Le tonnerre claque et la pierre vole- Edwin B.Child

 

La production de marbre de Carrare s'est poursuivie jusqu'au XIXème siècle, ce qui correspond à l'arrivée de Napoléon en Italie où il a instauré l'utilisation du marbre uniquement pour les stèles et les monuments funéraires

Les carrières de Carrare connurent de nouveau à cette époque une récession qui perdurera jusqu'au XXème siècle

cimetière de Monterosso - Cinque Terre
cimetière de Monterosso - Cinque Terre

cimetière de Monterosso - Cinque Terre

 

Pourtant c'est au XIXème siècle que les carrières vont connaître une évolution dans le mode d'extraction. Le fil hélicoïdal venait d'âtre créé, c'est un câble d'acier de 5 mm de diamètre obtenu par torsion de 3 fils, les rainures ainsi obtenues permettaient d'amener le sable et l'eau nécessaires pour réaliser la découpe et éviter ainsi l'échauffement. Ce fil mesurait quelques centaines de mètres de long et était soudé en circuit fermé, il était mis en mouvement autour de poulies. Il remplaça l'utilisation de la poudre noire. Ce fil découpait littéralement des blocs de marbre dans la montagne mais extrêmement lentement : environ 5 cm à l'heure.

fil hélicoïdal

fil hélicoïdal

installation du fil hélicoïdal à Carrare - réf: http://www.pierres-info.fr/cartes_postales_5/

installation du fil hélicoïdal à Carrare - réf: http://www.pierres-info.fr/cartes_postales_5/

A la fin du XIXème siècle, une autre amélioration viendra rendre le transport des blocs de marbre moins contraignant pour les carriers. On remplaça les lourds chariots qui devaient acheminer leur charge jusque dans la vallée et au port  par des trains. Ce fut la création de la voie privée de Carrare et ceci apporta un gain de temps significatif. 

Cependant la mise en place des rails fut un travail titanesque étant donné les moyens de l'époque : 450 mètres de dénivelé sur 22 km avec 6% de pente sans compter les ponts à édifier.

train avec blocs de marbre - route de Colonnata

train avec blocs de marbre - route de Colonnata

Voie privée de Carrare

Voie privée de Carrare

C'est paradoxalement une période troublée qui va relancer l'utilisation du marbre de Carrare et son engouement.

En effet Benito Mussolini est obsédé par les bâtisseurs romains et il déclarait :

" Rome est notre point de départ, notre référence, nous rêvons d'une Italie romaine c'est à dire sage, forte, disciplinée et impériale"

Très soucieux de son image de dictateur fasciste et voulant suplanter la Germania qui obsédait Hitler, il fit construire pour sa propagande, par exemple, le Foro Italico à Rome avec son obélisque, ses gradins et ses 60 statues qui lui valut le nom de Stade de marbre.

 

il foro Italico

il foro Italico

l'utilisation du marbre blanc de Carrare était de nouveau destinée aux édifices publics ou privés, à la statuaire et à l'urbanisme.

 

le marbre de Carrare aujourd'hui

Les chemins ont été remplacé par des routes, des camions ont remplacés progressivement les trains depuis 1920 et le fil hélicoïdal a été abandonné au profit du fil diamanté depuis l978.

 

Dans les carrières de Carrare on trouve 2 sortes de marbres : le marbre blanc pur (Marmo del Luni = marbre de lune) et le marbre gris.

 

il y a aussi 2 méthodes d'extractions du marbre : soit à ciel ouvert soit sous terre.

Il reste aujourd'hui 3 vallées ne comprenant plus que 150 mines sur le millier des temps anciens, ce sont les vallées de Colonnata, Fantiscritti et Ravaccione.

Le marbre fait travailler environ 3000 personnes au total.

la production annuelle de marbre y est d'environ 2,5 millions de tonnes.

 

 

marbres blanc et gris de Carrare

marbres blanc et gris de Carrare

 

Exploitation des carrières de Carrare aujourd'hui

 

Que ce soit en carrière à ciel ouvert comme à Colonnata ou en carrière souterraine comme à Fantiscritti, la technique d'exploitation est la même et le matériel utilisé est semblable. 

Nous verrons plus loin les contraintes pour chaque domaine.

carrière à ciel ouvert - Colonnata

carrière à ciel ouvert - Colonnata

carrière souterraine - Fantiscritti

carrière souterraine - Fantiscritti

 

L'excavation des blocs de marbre commence par un dégagement du plan supérieur et une découpe du plan inférieur.

 

Pour la découpe du plan inférieur, on utilise une scie diamantée ou haveuse. Cette scie est orientable, mesure environ 4 mètres de long et sa chaîne est garnie de tungstène, diamant industriel.

le bloc sera donc découpé à sa base sur une profondeur de 4 mètres et sur une longueur de 10 mètres. La puissance de la scie diamantée permet une avance de coupe de 6 m / heure.

 

une scie diamantée ou haveuse - Colonnata
une scie diamantée ou haveuse - Colonnata

une scie diamantée ou haveuse - Colonnata

découpe à la scie diamantée

découpe à la scie diamantée

 

Après la découpe horizontale, les carriers pratiquent les découpes verticales sur une hauteur de 10 mètres. On obtient donc un bloc de 10m x 10 m x 4m.

 

Pour ce faire on utilise un fil diamanté, il est constitué d'une alternance de caoutchouc et de perles de tungstène, mais pour introduire celui-ci il faut pratiquer des carottages en arrière du bloc, distants de 10 m, verticaux et rejoignant la coupe horizontale inférieure.

Le fil diamanté est alors introduit dans ces trous de carottage, la première extrémité légèrement repliée en boucle pour être plus facilement rattrapée au plan inférieur.

 

Les trous de carottage sont fait à l'aide d'une fraiseuse diamantée

fraiseuse diamantée
fraiseuse diamantée

fraiseuse diamantée

trou de carottage

trou de carottage

 

Les fils diamantés sont alors reliés à la machine qui va leur imprimer un mouvement rapide de sciage avec arrosage permanent d'eau acheminée par des tuyaux souples (blancs sur mes photos).

 

La vitesse de coupe de ces fils diamantés est de 15 cm / h.

fil diamanté

fil diamanté

fil diamantés reliés à la machine et en cours de coupe
fil diamantés reliés à la machine et en cours de coupe

fil diamantés reliés à la machine et en cours de coupe

sciage vertical aux fils diamantés

sciage vertical aux fils diamantés

 

Une fois les coupes verticales réalisées, il faut pratiquer la coupe arrière qui permettra de libérer le bloc.

Là aussi on utilise un fil diamanté. La machine est placée non plus face au bloc mais sur le côté, le fil est réintroduit dans les trous de carottage mais parallèlement à la face la plus large.

 

La coupe s'effectue sous arrosage d'eau et en vérifiant bien la tension du fil.

 

L'eau utilisée est de l'eau de pluie, recueillie dans des citernes et recyclée après les coupes

coupe de la face postérieure au fil diamanté

coupe de la face postérieure au fil diamanté

Le bloc de marbre est désolidarisé de la paroi mais il faut encore le récupérer pour le transport.

 

On insère alors dans la coupe postérieure des "coussins" de métal que l'on remplit d'eau avec une pression de 1000 bars, les "coussins" se déforment et écartent, en se gonflant, le bloc de la paroi.

 

Un tas de gravas a été installé devant le bloc pour en amortir la chute et ainsi éviter sa casse.

 

Il ne reste plus qu'à aider le bloc à tomber doucement grâce à la pelle d'une grue automotrice.  

"coussins" métalliques
"coussins" métalliques

"coussins" métalliques

récupération du bloc de marbre

récupération du bloc de marbre

 

les blocs obtenus sont alors découpés sur place en 20 blocs plus petits, de 20 m3 chacun.

 1 mde marbre blanc de Carrare pèse environ 3 tonnes

 

D'énormes camions sont alors chargés grâce à une grue et prennent ensuite la route de la vallée pour le polissage et la préparation des blocs avant exportation

D'autres camions évacuent les gravas dont on a pas besoin. C'est un ballet incessant.

 

Pour une carrière la consommation en carburant des camions est de 1000 litres / jour

camion de gravats

camion de gravats

camion et bloc

camion et bloc

 

Comme on l'a vu, l'excavation du marbre se pratique de la même façon à ciel ouvert et en cave souterraine, mais si à ciel ouvert on découpe le marbre en escaliers, dans les caves souterraines il n'en est pas de même, c'est une exploitation étalée.

 

Il faut respecter une épaisseur de "plafond" de 200 m environ et respecter aussi des "piliers" de roche nécessaires à la stabilité de l'exploitation.

Autre différence, le chargement ne se fait pas à la grue mais à l'aide de palans.

 

Je vous propose quelques photos en vrac de la carrière souterraine de Fantiscritti

entrée de la carrière de Fantiscritti

entrée de la carrière de Fantiscritti

scie diamantée ou haveuse
scie diamantée ou haveuse

scie diamantée ou haveuse

fil diamanté et "coussin" métallique
fil diamanté et "coussin" métallique

fil diamanté et "coussin" métallique

Palan

Palan

mise en évidence des piliers de soutien
mise en évidence des piliers de soutien
mise en évidence des piliers de soutien
mise en évidence des piliers de soutien

mise en évidence des piliers de soutien

 

Une fois les blocs de marbre redescendus dans la vallée, ils sont coupés et débités si nécesaire au format voulu (plaques) grâce à un châssis multi-lames appelé armure.

Ensuite interviennent les étapes de ponçage, destiné à enlever les traces de sciage, de polissage et lustrage avec de grosses machines munies de brosses en ligne et enfin l’encaustiquage pour plus de brillant

différents marbres de Carrare bruts et lustrés
différents marbres de Carrare bruts et lustrés
différents marbres de Carrare bruts et lustrés
différents marbres de Carrare bruts et lustrés
différents marbres de Carrare bruts et lustrés

différents marbres de Carrare bruts et lustrés

 

Problèmes d'exploitation

 

Les plus gros problèmes d'exploitation sont les fissures, en effet lors de la formation du marbre les mouvements géologiques ont entraîné la formation de fissures qui fragilisent les blocs et les rendent inexploitables.

Ces fissures sont un danger pour les carriers car ils peuvent provoquer un effondrement des blocs à tout instant que ce soit à ciel ouvert en en souterrain. Pour consolider les parois il faut y insérer des tiges métalliques de renfort ressemblant à d'énormes agrafes que l'on distingue, fléchées en rouge, sur le cliché qui suit.

tiges de renfort

tiges de renfort

 

Au delà du risque humain, ces fissures compromettent grandement la qualité du marbre, on a en moyenne 1/5 seulement de marbre pur et 4/5 de marbre de basse qualité sur une exploitation. Ce qui explique le prix de ce marbre pur : 5000€ / m en moyenne et pouvant aller jusqu'à 10 000€ / m3  pour un marbre exceptionnel !!!

 

Comment savoir si le bloc ne contient pas une fissure interne ? eh bien il faut le percuter, plus le son est cristallin, plus il est pur et intact.

percussion d'un bloc de marbre

percussion d'un bloc de marbre

 

utilisation du marbre

 

Il faut distinguer le très beau marbre, MichelAngelo ou Marbre de lune, pur et blanc, le marbre gris mais aussi le marbre tâché ou fissuré.

Le très beau marbre est utilisé en bloc pour la statuaire grâce sa blancheur ou sa pureté grise, mais aussi pour la construction car il est dur et imperméable ou pour l'aménagement intérieur et la décoration.

le marbre tâché est, lui, débité en plus petites plaques et sert au pavement

Chaque morceau est utilisé, car même les marbres fissurés peuvent être débités en petits cubes de 3 cm x 3 cm x 3 cm soit 27 cm3 vendus 4€ pièce aux touristes ... soit 148 000€ / m3 !!!

 Le reste, invendable en pierre, est réduit en poudre et vendu car il rentre dans la composition de crème cosmétique, de dentifrice et même de médicament contre l'ostéoporose !

exemples de statuaire actuel
exemples de statuaire actuel
exemples de statuaire actuel
exemples de statuaire actuel

exemples de statuaire actuel

 

Devenir des carrières de Carrare

 

les carrières de Carrare ne sont pas éternelles et à la cadence actuelle on prévoit une exploitation pour encore 600 ans avant épuisement total.

 

Entretien avec un carrier

 

J'ai eu le plaisir de discuter avec un carrier de Colonnata que je nommerai Giovani.

je vous présente cet échange sous forme de dialogue, je serai "F" et bien évidemment il sera "G"

 

F - Combien êtes vous sur la carrière?

G - avant la mécanisation nous étions une centaine à travailler sur ce site mais maintenant tout est mécanisé, ce sont les machines qui travaillent ... nous ne sommes plus que 10.et 1 chef d'équipe

 

F - Quels sont vos horaires ?

G - Nous commençons à 4 h du matin jusqu'à 16 h par tous les temps et tous les jours sauf le dimanche

 

F - quel est votre salaire ?

G - un carrier gagne 1000€ par mois et un chef d'équipe 2000€ au plus fort de son ancienneté

 

F - A qui appartiennent les carrières ?

G - logiquement à la municipalité de Carrare ...

 

F - Qui achète ce marbre ?

G - actuellement le marbre a une grosse concurrence avec les nouveaux matériaux et le béton dans la construction. Depuis 1997 beaucoup de mines ont fermé entraînant un chômage de 15% environ de la population. Mais les marchés porteurs comme la Russie, l'Asie, Dubaï nous ont relancé. Par exemple Dubaï nous a commandé 5000 blocs de marbre blanc pur pour des baignoires dans un hôtel-palace, les Russes, eux, préfèrent le marbre gris ...

 

F - Quant-est-il de la sécurité ?

G - la sécurité ? ah, oui, des géologues viennent évaluer les risques et nous font poser des tiges de renfort et ça va .... pour eux. Mais pour moi ça ne va pas, on n'a pas de protection autre qu'un casque... la roche en tombant peut s'éclater et nous blesser sans compter la rupture du fil diamanté sous tension qui peut décapiter un ouvrier. Il y a eu 10 accidents mortels l'année dernière.

Enfin c'est mieux de travailler à ciel ouvert car si l'eau élimine les poussières, au moins on respire pas les gaz d'échappement des engins et des machines comme dans les caves !

 

F - vos protections ?

G - un casque, je vous dst et des gants pour les fils.... ah oui et puis Sainte Marie mère de Dieu qui est notre patronne. A Fantiscritti, le jour de Noël, une roche en se détachant a révélé un artefact, sur le mur restant, en forme de nativité ! un signe !

 

F - vos regrets ?

G - devoir extraire autant de marbre pour aussi peu de très beau. Vous voyez des blocs de 20 tonnes, on n'arrive parfois à n'en tirer qu'une pièce de 2 m x 1 m de parfait pour une statue. Le marbre pur est tellement beau, presque aussi fin que la peau et il brille au soleil ... mais le reste c'est dentifrice !

 

F - avez-vous un suivi médical ?

G - il y a bien un médecin .. mais on espère ne pas trop avoir besoin de lui.

 

F - Les problèmes de santé les plus fréquents ?

G - les blessures, bien sûr, souvent dues aux machines et l'abus d'alcool. Il y a quand même de la poussière et il fait chaud ... alors certains s'hydratent mais avec du chianti !

 

F - votre alimentation ?

G - de l'eau, beaucoup d'eau ... et puis la tartine du carrier. Vous ne connaissez pas ? c'est une belle tartine de pain avec de l'huile d'olive, de la tomate fraîche et le lard de chez moi ... le lard de Colonnata ! un régal !

 

Merci Giovani ! Buona Giornata !

 

 

l'artefact de Fansticritti

l'artefact de Fansticritti

Colonnata
Colonnata
Colonnata
Colonnata
Colonnata
Colonnata

Colonnata

lard de Colonnata - réf: convivium.it

lard de Colonnata - réf: convivium.it

 

J'en ai terminé avec ce tour d'horizon des carrières de Carrare, j'espère vous avoir intéressé et avoir répondu à vos attentes.

Toujours est-il que mon conseil serait de vous y rendre car c'est un site exceptionnel avec des gens très accueillants et d'une grande générosité !

 

Repost 0
Published by fred37
commenter cet article
21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 08:15

 

Une de mes photos m'a rappelé un poème que j'aime beaucoup et que j'ai envie de vous faire partager....

la Girouette

La girouette

 

La girouette au bout du pignon tourne au vent ;

Et selon que le vent la caresse ou la fouette,
Plus ou moins vite, on voit, tourner la girouette,
Sa pointe en tous les sens et sans cesse en avant.

 

Du nord au sud, de l'est à l'ouest, elle vire
En décrivant un rond qui s'efface dans l'air ;
Parfois, elle s'arrête, et de son doigt de fer
Désigne longuement un objet qui l'attire.

 

La girouette oscille et fait un demi-tour,
Elle hésite, on dirait qu'elle a peur de l'espace ;
Elle se meut de droite à gauche au vent qui passe :
Attentive, elle écoute et regarde alentour.

 

Voici que tout à coup un souffle la bouscule ;
Elle tourne, et s'arrête encore brusquement,
Comme prise soudain d'un grand étonnement ...
Puis, recommence son manège minuscule.

Je ne me moque point de ses tours et ses sauts,
Ainsi qu'elle, mon coeur est une girouette ;
Le jour furtif l'émeut, l'agite et l'inquiète,
L'orientant toujours vers des rêves nouveaux.

 

Il lui montre à plein ciel les bonheurs qu'il envie,
Mais il ne lui permet jamais de les goûter ;
Lui dont le seul désir serait de s'arrêter,
Il tourne, hélas ! il tournera toute la vie !

 

Albert Lozeau (1878-1924) -Poète canadien

 

Repost 0
Published by fred37 - dans poésie
commenter cet article
7 février 2017 2 07 /02 /février /2017 23:27

aujourd'hui je vous propose un poème écrit par Opaline et publié sur un site de poésie .

J'ai réfléchi à une façon de l'illustrer au mieux et j'ai choisi la photographie noir et blanc.

 

Voici "Les vieux mariés" et la photo que j'ai réalisée pour ce poème plein de tendresse.

 

 

 

 

 

 

 

Les vieux mariés

 

Unis pour le meilleur

Et parfois pour le pire,

L'espoir brille en leurs cœurs

Sans jamais défaillir.

 

Ils ont vu le bonheur

Courir comme un furet,

Des larmes de douleur

Sur leurs joues ont glissé.

 

Faisant taire les rancœurs

Dessus les trahisons,

Ils ont vaincu la peur

De la séparation.

 

Ils ont connu l'amour,

Le seul, le fort, le vrai.

La mort et ses atours

Ne peut les effrayer.

 

Ensemble ils resteront

Unis jusqu'à la mort;

Ensemble ils vieilliront

Pour affronter le sort.

 

Opaline

 

 

Repost 0
Published by fred37 - dans poésie
commenter cet article
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 11:23

poésie

 

j'ai envie de vous faire partager ce poème de Michèle Pichery qui date des années 1970, il est tellement actuel !

il nous fait réfléchir en ces temps bouleversés et je vous en souhaite une bonne lecture ...

 

 

Réflexions

 

Repost 0
Published by fred37 - dans poésie
commenter cet article
9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 21:27
Moyen-âge : le temps et sa mesure
le temps et sa mesure

Aujourd'hui, à l'heure de l'informatique, notre vie est rythmée par nos horaires de travail, de transport, de spectacle. Nous sommes en permanence connectés à l'heure via notre montre, notre téléphone portable, notre voiture, nos écran d'ordinateur ou de télé.

 

Mais comment faisait-on au Moyen-âge ? Je traiterai dans un premier temps la notion de temps médiéval puis je ferai un état des lieux des instruments servant à mesurer le temps existant en ce temps là.

 

 

Mais comment avait-on conscience du temps au Moyen-âge ?

 

Tout d'abord au Moyen-âge, le temps n'avait pas la précision rigoureuse qu'il a aujourd'hui, il était réglé sur les saisons.

Si l'année faisait en moyenne 365 jours, les saisons n'étaient pas fixes mais dépendaient de la météo, la longueur des jours variait, elle, en fonction des saisons et l'homme vivait en fonction des jours.

Rien n'était fixé et tout évoluait au fil des l'années.

 

Les Jours au Moyen-âge

 

Si la durée "naturelle" des jours est de 24 heures, la journée médiévale est donc "artificielle" et commence au lever du soleil pour se terminer à son coucher. On comprend bien que les journées étaient plus longues en été qu'en hiver ...

Le travail se calque sur cette journée et on travaille plus longtemps en juin qu'en décembre.

Le travail de nuit, lui est interdit.

 

Les heures 

 

Pour les paysans et les marchands, les jours étaient rythmés par les cloches qui sonnaient les heures canoniales.

Les heures canoniales, qui peuvent être mises en rapport avec le décompte des heures romain, sont inégales selon la longueur de la journée.

 

les heures canoniales de la journée sont :

 

  • Prime : qui correspond au lever du soleil mais aussi à la première heure romaine
  • Tierce : qui indique l'heure du casse-croûte et la 3ème heure romaine
  • Sixte : qui correspond à midi et donc à l'heure du dîner soit la 6ème heure romaine
  • None : qui correspond au milieu de la demie journée et 9ème heure romaine
  • Vêpres : qui correspond à la tombée de la nuit et au souper,  12ème heure romaine

 

les heures canoniales de la nuit sont :

 

  • les Complies : qui détermine l'heure du coucher
  • les Matines : qui correspond à minuit
  • les Laudes : milieu de la nuit 

 

Chacune de ces heures étaient rythmées par des sonneries de cloches qui appelaient les moines à la prière et donc indiquaient à l'homme le rythme de sa journée.

 

Pour faire une correspondance avec nos heures, imaginons que le soleil se lève à 6h, alors le paysan se lèvera à Laudes soit 3h, fera d'abord sa prière, ses ablutions puis ira aux champs à Prime soit 6h jusqu'à Tierce soit 9h où il prendra une collation, retournera travailler jusqu'à Sixte soit 12h où il dînera.

De Sixte à None, soit de 12h à 15h, soit il reprendra son ouvrage soit il fera une sieste en effet le mot "sieste" vient de "Sixte"..... les cloches le réveilleront !

De sixte aux Vêpres, soit de 15h à 18h, il travaillera, aux Vêpres après une prière il rentera souper, faire ses ablutions, il se couchera à Complies soit 21h.

Un sommeil de 6h, une journée bien remplie ....

 

Mais il ne faut pas oublier qu'au solstice d'été, le soleil se lève un peu après 4h .... et donc le paysan se lèvera à Laudes soit environ 2h du matin !  

 

Les prières du lever et du coucher :

 

il y plusieurs prières recommandées, elles s'adressent soit à Dieu soit à la vierge Marie ou les deux. Elles sont en latin pour les moines et en vieux François pour les non instruits.

Je vous en propose deux exemples.

 

prières du lever  à Laudes :

 

  • ~ Gracias ago tibi, Domine Deus omnipotens, qui es trinus et unus, qui es semper in omnibus, et eras ante omnia, et eris per omnia Deus benedictus per saecula, qui me de transacto noctis spacio ad matutinales horas deducere dignatus es. Et nunc queso, Domine, ut donas nihi hunc diem per tuam sanctam misericordiam sine peccato transire quatenus ad vesperum. Et simper tibi, Domino Deo meo, refferre valeam actiones graciarum. Per Christum, Domimum nostrum. Amen.

cela signifie : 

Seigneur Dieu tout-puissant, Un en trois personnes, qui étais, qui es et qui seras en toutes choses le Dieu béni dans les siècles, je Te rends grâce de ce que Tu as daigné me conduire du commencement de cette nuit jusqu'aux heures du matin. A présent, je Te prie de me permettre, dans Ta sainte miséricorde, de passer ce jour sans pêcher, de telle manière que je puisse à nouveau ce soir, te rendre grâces, T'adorer et Te saluer, Toi, mon Dieu et mon Seigneur.

 

  • ~ Domine sancte, Pater omnipotens, aeterne Deus, qui me ad principium huius diei pervenire fecisti, tua me hodie salva virtute ut in hac die ad nullum declinem mortale peccatum, ne ullum incurram periculum ; sed semper ad tuam justiciam et voluntatem faciendam omnis mea actio tuo moderamine dirigatur. Per Christum.

​cela signifie :

Seigneur tout puissant, Père éternel, Toi qui m'as permis de parvenir jusqu'au commencement de cette journée, garde moi, par Ta sainte puissance, de tout péril, afin que je ne commette aucun péché mortel et que sous Ta douce direction mon esprit soit porté à accomplir Ta sainte justice et agir selon Ta volonté.

 

 

prières au coucher à Complies :

 

  • ~ Sancta Maria, mater domini nostri Iesu Christi, in manus filii tui et in tuas commendo hodie et omni tempore animam meam, corpus meum, et sensum meum. Custodi me, Domini, a cunctis viciis, a peccatis, et a temptacionibus diaboli ; et ab eis libera me, Domine Iesu Christe, et adjuva me. Dona mihi sanitatem anime et corporis. Dona mihi bene agere et in isto saeculo recte vivere et bene perseverare, et omnium peccatorum meorum remissionem concede. Salva me, Domine, vigilantem, custodi me dormientem et dormiam in pace et vigilem in te, Deus meus. Amen.

cela signifie :

Marie, Sainte Mère de Jésus Christ, je remets mon âme, mon corps et mon esprit entre les mains de ton Fils béni et les tiennes, aujourd'hui et pour tous les temps. Seigneur, garde-moi de tout vice, de tout péché et de toute tentative diabolique et délivre moi de tout péril. Seigneur, doux Jésus, viens à mon secours et donne moi la santé de l'âme et du corps. Donne moi la volonté de faire le bien et de persévérer en ce monde dans la voie de la justice. Seigneur, garde moi quand je suis éveillé et protège moi dans mon sommeil afin que je dorme en paix et que je veille en Toi dans la gloire du paradis.

 

Ces exemples de prières sont tirés de divers Livres d'heures et sont en latin, il en existe aussi en vieux François ce qui montre l'importance de la divulgation de ces prières même pour les non latinistes

 

Gervais du Bus et Chaillou de Pesscain- Le Roman de Fauvel - Paris - 1318-1320- dessin du Maître de Fauvel

Gervais du Bus et Chaillou de Pesscain- Le Roman de Fauvel - Paris - 1318-1320- dessin du Maître de Fauvel

Les instruments de mesure du temps

 

Le ciel

 

C'est le premier instrument de mesure du temps.

On a bien compris que les paysans du Moyen-âge vivent au rythme des saisons et du soleil. S'ils habitent près d'un village, la cloche les informe de l'heure mais s'ils habitent en un lieu isolé pas de cloche, ils sont donc livrés à eux-même.

Il leur est facile de voir où se lève le soleil et où il se couche, le milieu de la journée, soit à Sixte (midi), est marqué par le soleil au milieu du ciel. Cela leur suffit, la mesure du temps n'est pas leur priorité. Ils se réfèrent au soleil, au froid, au chaud et aux évèments marquants comme un mariage, un enterrement, la grêle, une catastrophe naturelle, pour se resituer dans le temps.

 

les Riches Heures du Duc de Berry - Février et Octobre
les Riches Heures du Duc de Berry - Février et Octobre

les Riches Heures du Duc de Berry - Février et Octobre

 

les chandelles

 

Pour le soir, une fois le soleil couché, le temps est rythmé par la chandelle. La chandelle est l'ancêtre de la bougie. Elle est formée d'une mèche de chanvre trempée dans du suif de mouton. Elle brûle avec une forte odeur et une fumée très noire.

Mais le plus important c'est que les chandelles du Moyen-âge, calibrées, brûlent en 3 à 4 heures ce qui permet de connaître Complies (21 h, heure du coucher)  qui se situent 3h après Vêpres et ainsi de suite.

chandelle de suif

chandelle de suif

 

le cadran canonial et le cadran solaire

 

le cadran solaire existe depuis la nuit des temps, les premiers ayant été trouvés en Egypte. Il est formé d'une table horizontale, ou verticale s'il est adossé à un mur, comme sur les églises et abbayes, avec une tige perpendiculaire à la table appelée style.

 

Il sert à indiquer les heures canoniales qui rythment la vie du Moyen-âge.

Il servira jusqu'au XVIème siècle, époque à laquelle il sera supplanté par un cadran solaire doté d'un style polaire orienté vers l'étoile polaire, donc incliné et qui prend en compte la notion de rotation de la terre. Ce type de cadran existait depuis longtemps dans le monde arabe.

Le style incliné donne l'heure sur toute la longueur de son ombre et non plus juste sur l'ombre de la pointe du sylet droit.

 

Le cadran à style droit peut facilement être reproduit par le paysan, il lui suffit de planter un bâton dans le sol et de dessiner les repères sur la terre.

Le cadran à style incliné, lui, est dans un premier temps résevé aux érudits qui admettent le mouvement terrestre.

 

inconvénient : il faut du soleil et il ne donne pas l'heure la nuit !

 

 

cadran canonial

cadran canonial

cadran solaire à style polaire- Musée de Cluny- XVème siècle

cadran solaire à style polaire- Musée de Cluny- XVème siècle

 

cadran solaire portatif

 

il existe aussi des cadrans portatifs résevés aux riches et aux ecclésiastiques de haut rang qui sont transportables et que l'on peut poser sur une table, un rebord de fenêtre.

Ils sont souvent en or et très ouvragés.

 

On peut parfois y trouver une devise comme :

 

  • Carpe diem qui signifie profite du moment

  • Tempus fugit irreparabile qui signifie le temps passe inexorablement

 

cadran portatif

cadran portatif

 

le cadran des bergers

 

Depuis le XIème siècle, il existe aussi des cadrans portatifs qui servent aux bergers. Ce cadran est constitué d'un cylindre de petite hauteur, environ 10cm et d'une petite lame en métal ou en os repliable à son extrémité supérieure. Sur le cylindre sont tracées des lignes indiquant les courbes horaires.

Le cylindre doit être tenu verticalement et la lame doit être dépliée perpendiculairement au cylindre qui doit être, lui, face au soleil. L'heure est indiquée par l'ombre la plus fine possible portée sur une des graduations.

cadran de berger ou montre du berger

cadran de berger ou montre du berger

 

Le cadran équatorial ou équinoxial

 

Le cadran équatorial est lui aussi un cadran portatif le plus souvent.

Il est constitué d'une partie plane et fixe, d'une table parallèle à l'équateur et d'un style fixé sur celle-ci parallèle à l'axe de la terre pointé vers le nord. Les lignes représentant les heures partent au niveau de l'intersection du style et du plan.

 

Le plan du style définit le méridien et son angle avec la table, la latitude. 

Il fonctionne comme un globe terrestre, faisant un tour sur lui-même en 24h.

il donne l'heure solaire du lieu où il est installé mais peut être utilisé sous toutes les latitudes.

cadran équatorial

cadran équatorial

le quadrant

 

Cet instrument est de petite taille en moyenne de 10 à 20cm de rayon, il est le plus souvent en cuivre mais peut-être en bois ou en or pour les plus riches.

Il est formé par 2 côtés perpendiculaires et par un limbe en forme de quart de cercle, il est gradué de 0° à 90°, et comporte une petite visée. Un fil à plomb est accroché au centre du cercle.

 

Le quadrant est gravé de deux séries de lignes, des lignes correspondant aux heures et des lignes correspondant aux dates.

le fil à plomb est en général muni d'une perle coulissante que l'on règle en fonction de la date en réglant sa distance par rapport au centre du quadrant. Si on vise le soleil avec le quadrant, la perle undiquera alors l'heure exacte.

miniature de Batholomaeus Angélus dans le le livre des propriété des choses- XIIIème siècle-BNF

miniature de Batholomaeus Angélus dans le le livre des propriété des choses- XIIIème siècle-BNF

Moyen-âge : le temps et sa mesure

 

L'astrolabe

 

Il existe depuis l'antiquité, IIème siècle avant J.C, conçu par Hipparque, et a traversé les siècles jusqu'au Moyen-âge.

 

L'astrolabe est une représentation plane de la sphère céleste avec les méridiens, l'équateur et la position d'astres pour une latitude donnée.

 

Il est formé de 6 pièces  :

  • la mère qui est le support des autres pièces, elle est gravée sur sa face supérieure en heures et sur son dos en degrés avec le calendrier et les signes du zodiaque...

  • le limbe qui est le cercle gradué extérieur de la mère

 

  • le tympan, est fixé sur le dessus de la mère, fixe lui-même il est gravé de cercles qui définissent les positions astronomiques, il représente le ciel local, ce qui est au-dessus de la tête de l'observateur. Il est gravé de cercles, cercles d'altitude, d'horizon, d'azimuth mais aussi tropiques et équateur

 

  • l'araignée, mobile, est une jolie pièce très travaillée avec des zones ajourées. C'est une projection de la carte du ciel avec des pointes représentant l'emplacement d'étoiles telles Altaïr, Véga, Beltégeuse ... Il y a aussi sur cette araignée un cercle qui represente la position du soleil sur la sphère des étoiles tout au long de l'année.

 

  • l'alidade fixée sur l'axe de l'astrolabe à l'arrière de la mère elle permet de faire la visée

  • l'aiguille ou règle ou ostensor, fixée sur l'axe de l'astrolabe en avant de l'araignée, elle est gravée en déclinaison et permet la lecture de l'heure.

l'astrolabe avait de mutiples fonctions.

grâce à lui on pouvait mesurer des hauteurs inaccessibles, des angles en topographie, s'orienter en fonction de la position du soleil, déterminer les coordonnées horaires du soleil, d'une étoile, connaître l'heure de lever et de coucher du soleil ou d'une étoile à une date donnée, mais surtout et c'est ce qui nous intéresse ici lire l'heure de jour comme de nuit.

 

voici un lien vers une vidéo qui nous fait découvrir l'astrolabe et son fonctionnement

 

en ce qui concerne les heures de jour, le fonctionnement est le même que pour l'heure de nuit sauf qu'on ne fixe pas une étoile mais le soleil, or on ne peut fixer le soleil du regard avec l'alidade sans danger.

Il suffit alors d'orienter l'alidade vers le soleil et de faire passer ses rayons à travers de façon à n'obtenir qu'une seule tâche lumineuse au sol, cela s'appelle peser le soleil. On déterminera ainsi l'angle avec l'horizon dont on a besoin : c'est l'angle d'altitude du soleil.

 

en retournant l'astrolabe on tourne l'araignée de façon à ce que la date soit au-dessus du cercle d'altitude correspondant à celle du soleil. On amène alors l'aiguille sur la graduation de la date et on lit l'heure sur le limbe de la mère

"peser le soleil"

"peser le soleil"

il faut bien reconnaître aussi que l'utilisation de l'astrolabe s'adresse à des érudits, des capitaines de marine, des architectes ou des mages. Le paysan ne savait l'utiliser à cause de sa complexité et de son prix, et de plus leurs préoccupations étaient bien différentes, ils ne s'inquiétaient pas de la course du soleil mais de sa présence ou non et de son influence sur leurs cultures et donc leurs revenus.

 

D'autre part le calcul de l'heure exacte est laïque et les petites gens ne se fient qu'aux heures religieuses, comme on l'a vu.

Hermann de Carinthie tenant un astrolabe dessin de Mathieu-Paris- XIIIéme siècle

Hermann de Carinthie tenant un astrolabe dessin de Mathieu-Paris- XIIIéme siècle

 

la clepsydre

 

Connue depuis l"antiquité, la clepsydre est composée de 2 récipients, en terre au Moyen-âge, posés l'un au dessus de l'autre. Le récipient le plus haut est percé en sa base d'un petit trou. Rempli d'eau, cette dernière s'écoule doucement dans le récipient qui est le plus bas.

On voit ainsi le temps s'écouler  ...

La clepsydre est encore utilisée au Moyen-âge mais surtout pour mesurer un temps assez court comme par exemple pour un temps d'arrosage, une entrevue accordée, un accord à sceller, un marché ou une vente à conclure ..... son utilisation va rapidement s'éteindre, cependant elle a un avantage : elle fonctionne de nuit !.

clepsydre

clepsydre

 

le sablier

 

Découlant de la clepsydre, le sablier fait son apparition au XIIIème siècle. Il est d'abord constitué de 2 ampoules de verre reliées entre elles par un petit tuyau. Une des ampoules est remplie de sable ou de coquilles d'oeuf pilées ou pour les plus luxueux de marbre en poudre. Le sable s'écoule de l'ampoule supérieure vers l'inférieure.

Avec les progrès des souffleurs de verre du Moyen-âge, les sabliers se feront d'un seul tenant.

 

On voit là aussi le temps s'écouler, un temps assez court mais une fois le sable écoulé, on retourne le sablier et un nouvel espace temps débute.

 

Ces sabliers sont souvent retrouvés dans les échoppes ou chez les artisans, en milieu urbain donc.

 

Ils ont cependant des inconvénients, usure dûe au sable qui s'écoule, variation en fonction de la position plus ou moins horizontale et enfin leur fragilité ... 

 

Le Jeu de Cartes de Charles VI de France peint par Jacquemin Gringonneur (1392)

Le Jeu de Cartes de Charles VI de France peint par Jacquemin Gringonneur (1392)

 

le carillon

 

On a vu que les cloches rythment la vie médiévale en sonnant à la volée pour que le son se propage le plus loin possible. On manoeuvre alors les cloches en tirant une corde qui met en mouvement la cloche ou le battant de la cloche.

 

Mais il existe une autre façon de produire un son avec les cloches et ce depuis le XIème siècle. Les cloches étant fixes, on les fait résonner en les heurtant manuellement avec un petit marteau.

 

Le mot "Carillon" vient du gallo-romain "Quadrinione" venant lui même du latin "quaternio" qui signifie groupe de quatre. Les carillons dignes de ce nom auront donc au moins 4 cloches.

 

Le fait d'avoir plusieurs cloches permet au sonneur du Moyen-âge d'exécuter non par un simple son mais une mélodie complète qui s'adapte à chaque instant à signaler. En entendant telle ou telle mélodie on sait alors s'il est Sixte ou None par exemple.

 

Ces carillons se trouvent au Moyen-âge dans les églises, les monastères pour les heures canoniales et les Beffroi qui définissent, eux, un temps laïque de début et fin de travail, de même que le temps de repas .

 

 

psautier français du XIIIème siècle

psautier français du XIIIème siècle

 

Le carillon hydraulique

 

Dès le XIIème siècle, on fait évoluer le Carillon en lui adaptant la technique de la Clepsydre. 

Le carillon hydraulique est né, il n'est plus manuel mais mécanique. L'eau entraine une roue dentelée qui elle-même actionne des petits marteaux qui viennent heurter les cloches. Quel soulagement pour sonner Matines ou Laudes !

 

Ces carillons hydrauliques se retrouvent rapidement dans les villes, les monastères et les églises.

 

Leurs inconvénients : l'évaporation de l'eau ou le gel !

bible du XIIIème siècle

bible du XIIIème siècle

 

le carillon mécanique

 

AU XIIIème siècle, on remplace le carillon hydraulique par un carillon mécanique.

Les carillons sont soit à Foliot soit à échappement.

Un axe vertical monté sur un balancier appelé "la verge" porte des palettes qui reçoivent les impulsions de la roue de rencontre, c'est l'échappement à verge.

Les petits marteaux ainsi déclenchés vont frapper les cloches comme pour le carillon hydraulique.

 

Moyen-âge : le temps et sa mesure

 

L'horloge à poids

 

C'est au XIVème siècle que vont apparaître les horloges à poids. Ce sont de grandes mécaniques destinées aux clochers, aux cathédrales ( Beauvais, Caen, Strasbourg ...) ou aux édifices publiques

Cependant les premiers mécanismes étant en fer, ils étaient soumis à la rouille.

 

Le progrès est en marche et le fer est rapidement remplacé par le cuivre et les mouvements moins encombrants et plus esthétiques permettent la création d'horloges à poids dites de maison.

 

A cette époque, ces horloges extrèmenent ouvragées autour du cadran et richement décorées s"adressent évidemment aux rois, aux princes ou aux grands prélats de par leur coût.

 

horloge à poids de maison- XIVème siècle

horloge à poids de maison- XIVème siècle

 

l'horloge murale

 

la technique des horloges à poids ayant évolué, les mécanismes, les rouages se font plus discrets et l'horloge-carillon sonne désormais les heures mais aussi les demi-heures et même les quarts d'heure. On les accroche au mur, elles deviennent un signe extérieur de richesse. 

 

 

"le repas chez Simon" - XVème siècle - école française - Musée des Beaux Arts de Lille 1

"le repas chez Simon" - XVème siècle - école française - Musée des Beaux Arts de Lille 1

 

les horloges de table

 

Fin XIVéme, l'invention du ressort permet de supprimer les poids et on voit apparaître les premières horloges de table. C'est la porte ouverte à la miniaturisation qui permettra la réalisation des premières montres au XVème siècle mais ceci est une autre histoire ...

 

horloge de table

horloge de table

 

Conclusion

 

Il y a eu, comme on l'a vu, une énorme évolution dans la recherche de la mesure du temps mais force est de constater qu'il y a deux mesures du temps distinctes au Moyen-âge : le temps religieux et le temps laîque, celui du petit peuple et celui des gens fortunés.

 

J'espère vous avoir intéressé et pour finir je voulais vous présenter l'enluminure qui m'a interpellée et qui m'a donné l'envie de cet article. 

J'ai tiré certaines des illustrations de cette enluminure.

Cette enluminure a été réalisé par un anonyme au XIVème siècle, elle est tirée d'un manuscrit, l'Horologium Sapientiae (l'Horloge de la Sagesse), rédigé par le moine dominicain Heinrich Seuse (Henri Suso). Il s'agit d'un traité de morale en 24 chapitres comme les 24h du jour. La Sagesse, qui est aussi le Christ, enseigne à son disciple que l'homme doit faire ses dévotions et méditer sur le passage du temps...

 

une page de l'Horologium Sapientiae - Henrich Seuse

une page de l'Horologium Sapientiae - Henrich Seuse

détail de la page ci-dessus

détail de la page ci-dessus

 

et pour terminer, rappelons nous des devises notées sur les cadrans médiévaux : Tempus fugit irreparabile et surtout Carpe Diem, devises à appliquer sans modération !

 

 

 

 

 

 

 

Moyen-âge : le temps et sa mesure

cadran

Repost 0
6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 16:14
Moyen-âge, médecine et santé (3) : l'alimentation et la santé

médecine, santé et alimentation

Troisième volet de la médecine et la santé au Moyen-âge, je vous propose les liens entre alimentation et santé.

J'ai déjà traité, dans un article précédent, la cuisine au Moyen-âge qui parlait des goûts, habitudes et recettes du Moyen-âge, ici j'aborde les croyances et les recours de l'alimentation et des régimes pour rester en santé.

 

Au Moyen-âge, on l'a vu, il n'y a pas de salle à manger, on mange, on dort et on cuisine dans la même pièce. Seules les riches demeures possèdent des salles distinctes pour la préparation et la consommation des repas.

Moyen-âge, médecine et santé (3) : l'alimentation et la santé

les usages de la table

 

Il n'y a pas de fourchette, son usage viendra au XVIème siècle, on mange donc avec les doigts et on s'essuie à l'étoffe de la table.

Cependant on se lave les mains avant les repas, pour l'hygiène mais aussi dans un but de bienvenue, d'hospitalité.

 

On imprime alors des recommandations du "bien se tenir à table" à destination des enfants, quelque soit leur condition, comme par exemple cet ouvrage français : "les Contenances de la table" édité dès le XIIIème siècle par un auteur inconnu.

 

Ses conseils sont sous forme de quatrains commençant tous par "Enfants .... "

Moyen-âge, médecine et santé (3) : l'alimentation et la santé

 

Ce livret est écrit en vers pour une meilleure mémorisation dans la pure tradition médiévale, il comprend 3 textes. Le premier formé de 60 vers nous intéresse particulièrement.

En voici une traduction

Le Moyen-âge voit se multilpier les traités réglementant les usages de la table. Ces recommandations témoignent d'un souci du corps et de le garder en santé qui nous fait penser à des notions d'hygiène. 

 

 

On y lit qu'il ne faut pas toucher les animaux pendant le repas, qu'il ne faut pas remettre dans le plat des mets déjà goûtés, qu'il ne faut pas partager un met qui a été porté à la bouche, qu'il faut saler un aliment sur son tranchoir (épaisse tartine de pain rassi servant d'assiette) et non tremper son aliment dans le pot à sel, qu'il faut s'essuyer la bouche avant de boire au hanap (grand verre à boire), qu'il faut essuyer son couteau avant de trancher les aliments comme le montre l'enluminure qui suit .... 

 

Toutes ces recommandations, on le voit bien, sont destinées à limiter la promiscuité entre les convives et donc à limiter les risques de contagions.

 

"le repas Seigneurial" tiré du Remède de Fortune de Guillaume de Machaut -1350

"le repas Seigneurial" tiré du Remède de Fortune de Guillaume de Machaut -1350

Diététique et santé

 

Il existe donc une relation très forte entre nourriture et santé, de même la diététique fait partie intégrante de la médecine.

 

Au Moyen âge, le corps humain est constitué de "choses naturelles" et les boissons et la nourriture font partie des "choses non naturelles" c'est à dire extérieures à celui-ci.

On pense alors que l'alimentation est suceptible d'agir sur le corps pour combattre ou prévenir les maladies.

 

Manger est donc un acte curatif mais aussi préventif et les conseils diététiques s'adressent donc aux malades mais aussi aux gens sains.

 

La digestion est assimilée à "une cuisson" qui se produit dans l'estomac et qui fait suite à la cuisson des aliments : on appelle cette cuisson interne "la coction".

Cette coction est importante car on pense que ces deux cuissons sont nécessaires pour "nourrir" les organes tels que les os, les chairs, les vaisseaux .... et même les reconstituer.

 

Après avoir constaté, dans les temps anciens, que se nourrir, comme les animaux, d'aliments non cuits était parfois dommageable pour la santé, on considère donc, au Moyen-âge, extrêmement dangereux cette pratique qui consiste à laisser faire par l'estomac seul le travail de cuisson. On cuit donc tout et pour certains aliments crus tels que la salade on l'assaisonne avec du vinaigre pour en commencer la "cuisson".

un cuisinier tiré du Küchenmaistrey-premier livre de cuisine allemand-1485

un cuisinier tiré du Küchenmaistrey-premier livre de cuisine allemand-1485

 

La cuisine et la médecine sont donc liées et ont en commun leur préparation faite à base de mélanges : on mélange les éléments pour obtenir un traitement et on mélange les aliments pour obtenir la recette d'un plat "équilibrant" car le corps lui-même est fait de mélanges. 

 

 

 

On en revient à la théorie des humeurs que j'ai déjà abordé dans le premier volet de la Santé au Moyen-âge et son histoire.

 

 

La théorie des Humeurs

 

On pense toujours au Moyen-âge que le monde se compose de qatre éléments : l'eau, la terre, l'air et le feu. 

- l'Eau est froide et humide

- la Terre est froide et sèche

- l'Air est chaud et humide

- le feu est chaud et sec

 

Les régimes alimentaires du Moyen-âge sont donc liés à cette théorie car l'homme est lui-même régi par quatre humeurs :

- le flegme, qui est dans les poumons, est froid et humide

- la bile noire, qui est dans la rate, est froide et sèche

- le sang, qui est dans la tête, est chaud et humide

- la bile jaune, qui est dans la vésicule biliaire et le foie, est chaude et sèche

 

Pour être en bonne santé il faut que les quatre humeurs du corps soient en équilibre et on arrivera à conserver cette harmonie grâce aux aliments qui eux aussi ont des propriétés froides et humides, ou froides et sèches, ou chaudes et humides ou chaudes et sèches.

 

Donc en consommant ou en ne consommant pas certains aliments on rééquilibrera son corps et on le maintiendra en santé sans oublier de prendre soin de l'estomac.

 

Dans une manuscrit italien du XIVème siècle, l'illustrateur met dans la main de Galien un rouleau sur lequel est inscrit :

 Quicumque vult continuam custodire sanitatem, custodiat stomachum ne cum sibi necessarium sit prohibeat cibum « Qui veut garder toujours la santé doit préserver son estomac pour qu’il n’empêche pas la nutrition alors qu’elle lui est nécessaire »

 

 

Cette phrase introduit la diététique indispensable au bon fonctionnement de l'estomac et est par voie de conséquence garante de santé

Hippocrate et Galien -   Paris, Bibliothèque nationale de France, manuscrit latin 6823, fol. 1
Hippocrate et Galien -   Paris, Bibliothèque nationale de France, manuscrit latin 6823, fol. 1

Hippocrate et Galien - Paris, Bibliothèque nationale de France, manuscrit latin 6823, fol. 1

Au Moyen âge, on ne peut consulter un médecin aussi facilement que de nos jours pour savoir ce qu'il faut manger ou non sauf si on est roi ou prince. Alors des manuels voient le jour pour conseiller et guider le public dans ses choix alimentaires.

 

Le plus connu de ces ouvrages est le Tacuinum Sanitatis ou tableau de la Santé, il a été traduit et adapté au XIIIème siècle à partir de l'ouvrage du médecin de Bagdad Ibu Batlân. C'est à la cour du roi Manfred de Sicile que cet ouvrage a vu le jour et c'est de là qu'est partie sa diffusion en Europe. Très illustré et composé de tableaux alliant mets et humeurs, il fut très en vogue en son temps.

J'ai mentionné traduit et adapté, en effet le médecin de Bagdad ayant vécu sous un climat plus chaud qu'en Sicile, une adaptation a donc été nécessaire car le paragraphe sur la viande de chameau, par exemple, semblait inutile en Europe

Tacuinum Sanitis - BNF Lat. 6977-  1250-1300

Tacuinum Sanitis - BNF Lat. 6977- 1250-1300

 

 

La nature des aliments

 

les aliments seront donc classés selon leurs propriétés correspondant aux quatre humeurs :

 

les aliments froids et humides

ils seront donc recommandés pour des troubles du flegme et des poumons. Ce sont les cerises, les oranges, les pastèques, les courges, les poires, les melons, les abricots, les fraises,les poissons ...

la manière de les consommer est aussi importante car par exemple si la poire crue n'a pas bonne réputation, elle sera souveraine une fois cuite pour les troubles du flegme.

 

 

 

 

fraises - Codex Vindobonesis 93 - XIIIéme siècle

fraises - Codex Vindobonesis 93 - XIIIéme siècle

 

les aliments froids et secs

ils sont recommandés pour les troubles de la rate et de la bile noire. on y trouve le gland, le millet, le vinaigre, l'orge, le coing, le riz ....

Selon Hildegarde de Bingen :

"pour faire revenir l'appétit perdu à cause des humeurs froides, faire une sauce de menthe avec du vinaigre et un peu de poivre"

 

Bestiaire du Moyen âge  Bibliothèque Nationale de France

Bestiaire du Moyen âge Bibliothèque Nationale de France

 

les aliments chauds et humides

ils soignent les déséquilibres du sang, ce sont par exemple le blé, l'huile d'olive, les pâtes, l'oignon, le canard, le raisin ...

l'huile d'olive se trouvant plus facilement dans le sud, on utilisera dans le reste du pays de l'huile de noix qui fera le même effet.

Pour sainte Hildegarde le blé est la meilleur céréale, elle nous dit :

"il donne à celui qui le mange bonne chair et bon sang "

fauchage des blés - Riches Heures du Duc de Berry - XIVème siècle

fauchage des blés - Riches Heures du Duc de Berry - XIVème siècle

les aliments chauds et secs

ils s'adressent à des déséquilibres du foie et de la vésicule biliaire. On trouve par exemple l'aneth, la betterave, le chou, la moutarde, fenouil, poireau ...

Platéarius disait :

"bien qu'il ne convienne pas du tout en alimentation, le poireau mangé cru est utilisable en médecine car il débouche le foie"

 

Tacuinum Sanitatis - XIIIème siècle.

Tacuinum Sanitatis - XIIIème siècle.

 

 

Conclusion

 

 

On a vu la nécessité de maintenir les humeurs en équilibre grâce à l'alimentation, cependant il fallait aussi suivre les périodes de jeûne fixées par l'Eglise. Le jeûne est une pratique très ancienne qui consiste à supprimer la viande des repas pour se purifier. On jeûnait le mercredi et surtout le vendredi, les veilles de grandes fêtes religieuses, les 40 jours du Carême avant Päques sauf le dimanche et enfin les Quatre-Temps (période fixée au début de chaque saison de l'année.)

On supprimait alors les viandes mais aussi les graisses animales et parfois le lait et les oeufs, seul le poisson, les escargots restaient des sources de protéine permises. Un seul repas par jour dans l'après-midi était toléré.

On jeûnait finalement un quart de l'année.

 

Il est évident que la liste des aliments que je vous ai présentée n'est pas exhaustive mais elle montre aussi la difficulté de se maintenir en santé, en équilibre, car il fallait pour cela varier son alimentation quotidiennement ce qui n'était pas facile avec le jeûne mais aussi avec les périodes de disettes dûes aux intempéries, froid, gel, inondations, grêle, chaleur, sécheresse ....

 

Ceci explique que les organismes fragilisés par une alimentation déséquilibrée, le plus souvent chez les paysans, cédaient facilement aux épidémies. Je pense avoir démontré le lien entre alimentation et santé.

 

Suivant la logique, le quatrième et dernier volet sur la santé au Moyen-âge que je vous présenterai traitera donc des maladies et de leurs remèdes. A bientôt ....

 

 

Moyen-âge, médecine et santé (3) : l'alimentation et la santé
                                    santé et alimentation au Moyen-äge
Repost 0
26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 20:37
débarquement immédiat

peinture d'Alexandre Averin

Lors d'un séjour à Quiberon, j'ai eu l'occasion de me promener dans un salon du livre.

Beaucoup d'auteurs étaient là pour présenter, dédicacer leurs ouvrages.

Un poète a capté mon attention, il s'appelle Nicolas Blanc et je vous propose un de ses poèmes que j'apprécie particulièrement.

débarquement immédiat

Pour illustrer ce poème j'ai choisi un tableau d'Eugène Boudin. Ses ciels et ses couleurs de mer m'ont toujours fait rêver.....

débarquement immédiat

Nicolas Blanc, poète, a publié, à compte d'auteur, « Le ciel dans la peau », un recueil d'une centaine de poèmes. L'auteur, originaire de L'Haye-les-Roses (94), a fait des études de lettres et de langues. Il a déjà publié cinq livres. Ses sujets d'inspiration sont la beauté, la terre, la nature et l'enfance, qui interpellent l'enfant intérieur qui se cache en chacun de nous. Le recueil se compose en trois parties.

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/morbihan/monterblanc/poesie-nicolas-blanc-publie-le-ciel-dans-la-peau-26-01-2015-10505101.php

débarquement immédiat

Alexandre Averin, peintre né en 1952 à Noginsk près de Moscou

Repost 0
Published by fred37 - dans poésie
commenter cet article
6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 16:26
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp

Ravensbrück

 

Aujourd'hui je vous propose un petit aperçu de ce voyage du souvenir effectué du 16 au 20 Avril 2015 à Ravensbrück.

Ce voyage, j'ai pu y participer grâce à l'Amicale de Ravensbrück et en pensant très fort à notre amie Odette Boubou-Jarassier dont je vous ai proposé un article précédemment.

 

Nous étions accompagnés par Les Femmes Solidaires.

 

Nous avons visité, à Berlin, le musée Topographie des Terreurs, mais aussi les commandos de femmes de Velten, où un accueil extrêmement chaleureux nous avait été réservé, puis Hennigsdorf et Neubrandenburg. Partout le même accueil et nos roses Résurrection.

Partout l'émotion était palpable de même que l'implication de nos hôtes allemands.

Nous nous sommes enfin rendus à la cérémonie officielle tenue pour le 70ème anniversaire de la libération du camp de femmes de Ravensbrück. 

Beaucoup d'émotion lorsque les roses Résurrection ont été plantées et que nos fleurs ont recouvert ce superbe lac contenant en son fond les cendres de toutes ces femmes qui ont souffert et sont mortes réduites en cendres par le crématoire tout proche.

 

Ce voyage a été l'occasion d'échanges riches avec des survivantes de ce camp maudit qui ont partagé avec nous leur histoire, leurs souvenirs ... sans haine mais avec un message d'espoir, un message pour que rien ne soit oublié, pour que cela ne se reproduise jamais ....

Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp
Ravensbrück- 70ème anniversaire de la libération du camp

Ravensbrück

Repost 0
Published by fred37 - dans société Hommage
commenter cet article
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 20:29
Moyen-âge, la médecine et la santé (2) : l'hygiène et la vie

la médecine et la santé au Moyen-âge

 

Après un rapide survol de l'histoire de la médecine des origines au Moyen-âge, je vous propose, avant d'aborder les remèdes et leurs utilisations, un aperçu de la santé médiévale.

 

Il y a, on le sait depuis toujours, une relation étroite entre hygiène et santé.

L'hygiène se définit comme un ensemble de pratiques tendant à préserver et améliorer la santé.

L'hygiène est donc le fait de se laver, de vivre et de manger sainement.

 

Au Moyen-âge, l'hygiène est bien différente selon que l'on vit en ville ou à la campagne et que l'on soit riche ou pauvre;

 

Comment se lave-t-on au Moyen-âge ?

 

Contrairement aux idées reçues, on se lave fréquemment pour être propre mais aussi par plaisirL'eau est considérée comme purificatrice et bienfaisante.

C'est un héritage de la civilisation romaine : on connaît donc les latrines (W.C) et les bains.

 

Les riches prennent des bains chauds. Le prix en est élevé car il faut du bois pour faire chauffer l'eau, un baquet de bonne grandeur, une toile avec laquelle on double les parois du baquet, du savon mou et visqueux, à l'odeur désagréable, fait de graisse de mouton, des herbes, des fleurs et des huiles pour en améliorer l'odeur.

Le baquet sert à plusieurs bains, toute la famille s'y succède dans la même eau, mais en changeant la toile qui gardait ainsi la crasse et les poils du précédent, et cela une fois par semaine au moins.

Aldébrandin, médecin italien du XIIème siècle auteur d'un traité d'hygiène en français intitulé "le régime du corps", nous dit que seule l'eau chaude peut "expulser l'ordure que la nature cache par pertuis de la chair".

Le bain est aussi un temps de plaisir, on y mange parfois des collations.

La nudité n'est nullement choquante et si parfois le baquet est recouvert d'un dais c'est surtout pour se protéger du froid et des courants d'air.

 

 

L'enluminure représente Liziart épiant Euriant dans son bain.Le Maître de Wavrin, enlumineur, Lille, vers 1450-1460.

L'enluminure représente Liziart épiant Euriant dans son bain.Le Maître de Wavrin, enlumineur, Lille, vers 1450-1460.

1490 1500 -le bain de tristan- miniature extraite de tristan- chevalier de la table ronde

1490 1500 -le bain de tristan- miniature extraite de tristan- chevalier de la table ronde

sortie du bain- de Valère Maxime-" Faits et dits mémorables" 1455

sortie du bain- de Valère Maxime-" Faits et dits mémorables" 1455

 

Pour le peuple vivant dans les villes, il n'est pas question de bains particuliers, on va aux bains publics.

Ceux-ci sont l'héritage des Thermes romains remis au goût du jour grâce aux Croisades. En effet la rencontre avec les bains orientaux ont redonné le goût du "bain-plaisir" et de la relaxation aux Croisés qui les ont remis à la mode en France.

Chaque quartier peut possèder ses bains publics appelés "étuves", ils sont ouverts tous les jours sauf les dimanches et jours de fêtes. A Paris, en 1292, il y a 27 étuves inscrites sur le Livre de Taille. 

Dès la levée du jour, un crieur passe dans les rues pour annoncer l'ouverture des bains :

"Seigneurs, venez vous baigner et étuver sans plus attendre... Les bains sont chauds, c'est sans mentir "

 

Les étuviers sont constitués en corps de métier et le prix des étuves est fixé par le Prévôt. En 1258, Estienne Boileau, prévôt de Paris sous Saint Louis, codifie dans son "Livre des métiers" les usages corporatifs des étuviers :

"les maîtres qui seront gardes du dit métier, pourront visiter et décharger les tuyaux et les conduits des étuves, et regarder si elles sont nettes, bonnes et suffisantes, pour les périls et les abreuvoirs où les eaux vont".

 

Le prévôt Estienne Boilleau distingue aussi les étuves sèches et les étuves humides : pour les premières on chauffe le local clos par l'extérieur en y envoyant un air chaud, pour les secondes on envoie dans le même lieu clos de la vapeur d'eau.

On va aux étuves pour se laver mais aussi pour se relaxer, on y mange, on y joue aux cartes, on peut même y rencontrer des prostituées.

Au XVème siècle, on commence à pratiquer la séparation des sexes, certain jours pour les femmes et d'autres pour les hommes en effet dans le code des métiers, il est dit: 

"Que nul du dit mestier ne soutienge en leurs maisons ou leurs étuves, bordiaus (bordel) de jour et de nuit".

 

Enfin il est interdit d'y faire entrer des malades, surtout des lépreux. Par exemple en 1450, les étuves seront fermées à cause de la peste pour en éviter la propagation.

 

Cependant les étuves ont, elles aussi, un coût. Pour un bain de vapeur on paye 2 fois le prix d'un gros pain, pour un bain chaud : 4 fois et pour s'étuver et se baigner : 8 fois.

Les plus pauvres ne peuvent évidemment pas se payer ce luxe.

les étuves -Valère Maxime-" Faits et dits mémorables" 1455

les étuves -Valère Maxime-" Faits et dits mémorables" 1455

Les moins fortunés des villes et de la campagne doivent se contenter de se laver dans un seau d'eau froide ou chaude ou de se baigner dans les rivières et fontaines.

Aldébrandin recommande le bain chaud mais précise que "si l'eau est froide, il ne faut pas y rester longtemps, juste le temps nécessaire pour nettoyer et renforcer la chaleur du corps ."

Moyen-âge, la médecine et la santé (2) : l'hygiène et la vie

 

En dehors des bains, on se lave par parties visibles, non couvertes par des vêtements. On se lave les mains, le visage et les cheveux bien que sur les miniatures qui nous parle du Moyen-âge, on ne voit que des femmes prendre soin de leur chevelure.

On l'a vu les riches ont le savon mais les plus pauvres et les paysans ne peuvent se l'offrir, ils utilisent alors une plante : la saponaire qui mousse lorsqu'on frotte son suc sous l'eau.

ms 888, fol.43v

ms 888, fol.43v

Les femmes riches prennent soin de leur chevelure en les lavant avec de l'eau de rose mélangée à de l'eau de myrthe. On y ajoute du Ladanum qui est une matière résineuse, aromatique tirée du Ciste, plante à fleurs roses, pour prévenir la chute des cheveux.

Les femmes de la campagne se lavent les cheveux à l'eau pure additionnée de saponaire.

Toutes les femmes  utilisent le jus de Bette pour son action antipelliculaire et les décoctions de feuilles de chêne ou de noyer pour embellir leur chevelure.

Sainte Suzanne se lavant les cheveux

Sainte Suzanne se lavant les cheveux

Pour les hommes, les cheveux sont coupés courts et la toilette à la main sur le visage et les cheveux suffit. Cependant, il y a un acte incontournable au Moyen-âge : l'épouillage.

L'épouillage consiste à éliminer "la vermine", c'est un acte qui peut être tendre comme l'épouillage entre amoureux mais aussi des parents pour les enfants et inversement, des serviteurs pour leurs maîtres. 

Moyen-âge, la médecine et la santé (2) : l'hygiène et la vie

Pour compléter la toilette, on prend soin de ses dents qui sont un gage de bonne santé. Depuis l'antiquité on évalue l'état physique d'un sujet ou d'un cheval à sa dentition.

 

Pour avoir une bonne haleine, on fait des bains de bouche à l'eau où a macéré du clou de girofle, importé depuis le VIème siècle, pour ses propriétés antiseptiques et analgésique.

Le clou de girofle étant cher, les moins fortuné utilise la menthe, la gentiane ou le thym.

Les paysans, quant à eux, mâchonnent des graines de fenouil ou de Cardamome.

 

Chez les riches, on utilise de la poudre d'os de seiche pour frotter sur sa dentition et la rendre blanche. Chez les paysans on utilise la feuille de prêle pour son action abrasive ou de la cendre et on ruse en mastiquant des racines de noyer : ça colore la gencive en brun et les dents paraissent plus blanches !!!

Certains nobles ont des trousses de toilette ou fourgeoires où on trouve une escurette pour les oreilles, une furgette pour les ongles, un cure-dent ou fusequoi et une esguillette ou cordon de soie qui équivaut à notre fil dentaire.

Moyen-âge, la médecine et la santé (2) : l'hygiène et la vie

Mais même lavé, le corps a des odeurs. Au XIIIème siècle on préconise, pour éviter les puanteurs, de s'arracher les poils des aisselles et de se laver avec du vin plus de l'eau de rose. On utilise aussi la pierre d'alun comme anti-transpirant.

On se sert pour s'épiler de pince à épiler, de cire rapportée des Croisades ou d'une préparation à base de chaux, dangereuse pour la peau, que l'on doit laisser le temps de la récitation d'un ou 2 Pater Noster.

Au delà de la nécessité de limiter les parasites, les poils ne sont pas sans rappeler les bêtes, le loup surtout qui était craint, ou le "malin" souvent représenté comme une bête velue.

C'est pourquoi, contrairement aux idées reçues, on s'épile le corps aussi bien chez les femmes que chez les hommes ... et toutes les parties du corps, même les parties intimes comme nous le montre beaucoup de représentations miniatures ou enluminées. 

Je vous en présente un exemple, tiré des Riches Heures du Duc de Berry en Février, regardez les 2 personnages du fond en train de se sécher à la cheminée ... pas de poils sur les pubis ni pour la femme ni pour l'homme !

 

 

les Riches Heures du Duc de Berry - Février

les Riches Heures du Duc de Berry - Février

 

En ce qui concerne les enfants, de nombreux traités comme ceux de Barthélémy l'Anglais, Vincent de Beauvais ou Aldebrandin de Sienne, prônent la propreté infantile.

Le bébé est lavé après son sommeil, trois fois par jour, dans un bain. Ce bain est donné dans un cuvier ovale ou rond le plus souvent en bois. Il en existe en métal précieux chez les nobles :

Ainsi, dans les Chroniques de Froissart, en 1382, il est écrit que, en pillant le mobilier du comte de Flandres, on trouva une "cuvelette où on l'avait d'enfance baigné, qui était d'or et d'argent"
 

Les cuviers pour enfants ont parfois un dais pour les protéger des courants d'air ou bien on dispose le cuvier près de la cheminée, l'eau doit être tiède et l'enfant est rapidement enveloppé dans un drap sitôt le bain fini.

Fresque de Menabuoi, Padoue

Fresque de Menabuoi, Padoue

A la fin du XVème siècle, les mentalités vont changer, peut-être que cela correspond aussi à l'arrivée de la Peste, toujours est-il que l'eau qui était considérée comme bienfaisante est petit à petit considérée comme responsable des épidémies et des maladies. Ceci n'a rien d'étonnant car Il faut dire que les immondices, détritus, charognes y étaient déversés.

Désormais on se méfie de l'eau et on ne se baigne que très modérément et cela va perdurer jusqu'au XIXème siècle !!!

 

Comment vit-on au Moyen-âge ?

 

Le lieu de vie a son importance dans la santé et il est bien différent de vivre à la campagne, dans les villes ou comme un châtelain.

 

La majorité du peuple vit à la campagne au Moyen-âge, environ 90% de la population.

 

A la campagne

On vit dans des fermes la plupart du temps composées d'une seule pièce qui sert de chambre, salle à manger, cuisine ... Les animaux sont dans une pièce attenante, la paille et le foin dans un grenier, assurant ainsi l'isolation.

 

Les murs sont en torchis, le toit de chaume,le sol en terre battue et comme les vitres n'existent pas, les fenêtres ne sont que de petites ouvertures laissant entrer peu de lumière. Il est donc difficile de vivre sainement.

La pièce principale comprend un lit unique ou paillasse, une table, des bancs, une cheminée qui est un élément essentiel, un ou plusieurs coffres qui servent à ranger les affaires. Des niches dans les murs servent aussi de rangement pour les chandelles par exemple.

Pour isoler les vêtements des parasites, on recommande de les ranger très très serrés dans un coffre, de le fermer en tassant bien et il est dit que si on suit bien ce conseil, les parasites ne pourront pas survivre sans air ni lumière.

Pour se protéger des poux et puces on dispose sur le lit une peau de mouton où les parasites viendront se coincer, et avant de se coucher on met la peau dehors, se débarrassant ainsi des indésirables.

 

Le garde-manger est, lui, en hauteur pour éviter les attaques de rongeurs, les viandes sont conservées séchées dans des tonneaux.

Pour se débarrasser des mouches, un bouquet de fougère est le meilleur moyen naturel : les mouches viennent s'y perdrent et on a plus qu'à le jeter dehors.

 

Les bébés sont dans des berceaux en bois, eux aussi suspendus au dessus du sol pour les protéger aussi des rongeurs.

 

Les ordures sont jetés dans des trous naturels de même que les carcasses d'animaux morts, cette pratique nous renseigne encore aujourd'hui sur les habitudes alimentaires et les ustensiles utilisés au Moyen-âge.

 

Ce type d'habitation correspond à un fermier relativement aisé, il est évident que certains serfs accablés d'impôts ne sont pas aussi bien lotis.

 

 

 

Pieter Bruegel le jeune - paysage de village avec célébration de mariage

Pieter Bruegel le jeune - paysage de village avec célébration de mariage

le Cœur d'amour épris, Vienne, Codex 2597 der Österreichischen Nationalbibliothek-folio 17  Désir gardant le cheval de Coeur , Franc-Vouloir tandis que le Chevalier Coeur pénétre dans la masure de Mélancolie

le Cœur d'amour épris, Vienne, Codex 2597 der Österreichischen Nationalbibliothek-folio 17 Désir gardant le cheval de Coeur , Franc-Vouloir tandis que le Chevalier Coeur pénétre dans la masure de Mélancolie

Pour uriner et évacuer les selles, on va dehors, au bout du jardin ou là où l'envie se fait sentir mais à l'abri des regards.

Pour s'essuyer on utilise les ressources naturelles de la campagne comme les cailloux, les feuilles de marronniers mais surtout les feuilles de la plante nommée Bouillon Blanc, duveteuses et résistantes. Si on a rien à disposition, la tradition orale veut que le paysan ait sa chemise jaunie !!!!

 

Regardez attentivement le dessin suivant ... c'est un camp de l'armée, vous verrez en bas à droite des carcasses d'animaux jetées dans un fossé et derrière la roue du premier chariot devant la tente au faîtage bleu, à l'abri des regards .......... et oui, un homme se soulage !

Hausbuch von Schloss Wolfegg -Fol. 53r–53r1 Heerlager (Wagenburg)

Hausbuch von Schloss Wolfegg -Fol. 53r–53r1 Heerlager (Wagenburg)

Moyen-âge, la médecine et la santé (2) : l'hygiène et la vie

Dans les villes

Les villes sont sales et les conditions de vie n'y sont pas saines.

La ville médiévale s'articule autour d'un édifice religieux, une cathédrale par exemple, ou d'un château, de façon désordonnée et concentrique. Les maisons s'entassent réparties en quartiers délimités par des ruelles étroites.

La ville est ceinte de remparts,rassurants, mais s'étend aussi en extra-muros suivant le même schéma de promiscuité.

Les ruelles sont très étroites, les maisons s'avancent sur la rue avec leur encorbellement augmentant ainsi la surface de l'étage par rapport au rez-de-chaussée. De chaque côté de la ruelle, les toits des maisons se touchent presque, laissant passer un rai de lumière et permettant l'écoulement des eaux de pluie vers une rigole au centre de la ruelle. 

La lumière est bien insuffisante et majore l'insécurité, les ruelles sont sombres et malsaines.

ruelle et encorbellemnt

ruelle et encorbellemnt

Dans les villes, il n'y a pas de fossé pour se débarrasser des détritus, c'est la rue qui fait office de dépotoire. On y jette tout et n'importe quoi : eau sale, ordures ....

Le tout-à-l'égout connu depuis l'antiquité est tombé dans l'oubli. Les rues sont en terre battue avec un caniveau central, l'odeur est pestilentielle.

De nombreux commerces, échoppes sont installés au rez-de-chaussée des habitations, ils sont de toute sorte : drapiers, écrivains publics, teinturiers mais aussi bouchers et volaillers qui tuent et dépècent leurs bêtes à même le trottoir laissant s'écouler le sang et les entrailles dans le caniveau. Les mouches et les rats s'en régalent majorant l'insalubrité.

Pour nettoyer les rues, on laisse aller librement poules et cochons qui sont sensés manger les détritus mais y ajoutent leurs propres excréments.

Les moyens de locomotion sont chevaux et mulets qui eux aussi polluent la rue avec leurs excréments.

Les cimetières font partie de la ville et côtoient les commerces de bouche, les eaux de ruissellement polluant les légumes posés au sol.

Les teinturiers eux sont près des fleuves car ils ont besoin d'eau pour leur ouvrage et y rejettent des produits toxiques provocant une pollution chimique des fleuves

 

Dans les villes l'insalubrité est partout et il faudra attendre Saint Louis pour voir l'arrivée des pavés, puis des gouttières et des égouts comme "les conduits de merderons" à Paris en 1356.

Montbrison

Montbrison

Si la rue des villes est insalubre, l'habitat essaie d'etre sain.

L'habitation se trouve donc au dessus des échoppes et subissent les pollutions sonores et olfactives de celles-ci.

 

l'habitat est composé de petites pièces de rangement et d'une grande pièce de vie servant de chambre, salle de reception et salle de repas.

Le logement a un minimum de confort, le sol est en planche, le plancher qui est aussi le plafond de l'échoppe en dessous et donc laissant passer tous les bruits et les odeurs !

On a une cheminée, un lit, un dressoir, des coffres et des tréteaux pour dresser la table. On a même un évier : c'est une dalle très simple en forme de cuvette avec un orifice permettant l'écoulement des eaux usées vers la ruelle.

 

Les murs sont en torchis avec des colombages en bois, percés de fenêtres toujours assez petites car il n'y a pas de vitres et on les ferme avec des toiles, des parchemins huilés ou des volets de bois.

Le lit est aussi pour toute une famille, on y dort ensemble. Il est constitué d'un matelas d'étoupe, de draps et parfois d'un baldaquin pour isoler des regards et protéger du froid.

 

Moyen-âge, la médecine et la santé (2) : l'hygiène et la vie

Les draps sont lavés, avec les vêtements, dans le cuvier après le bain de la famille : on ne gaspille pas l'eau. Il est recommandé de les essorer souvent, de les étendre et de les sécher au soleil avant de les ranger bien serrés dans un coffre comme on l'a vu.

 

Les puces sont bien sûr présentes dans les villes et on va s'en débarrasser en étalant sur le sol des feuilles d'aulne où les puces iront s'engluer.

 

Les mouches aussi sont omniprésentes, à cause de la puanteur et des détritus, et on a des moyens de les piéger. Les plus aisés dormiront sous un cincenellier, genre de moustiquaire, adapté au baldaquin, pour les autres se sera des pièges fait avec une chausse de toile contenant du miel, ou un fruit, liée au fond d'un pot percé ce qui est l'ancêtre de notre piège à mouche. On peut aussi tremper un cordon dans du miel et l'accrocher au plafond, les mouches viendront s'y coller, c'est l'ancêtre de notre papier tue-mouche.

Les mouches sont tellement omniprésentes, qu'on les intègre même dans les peintures comme par exemple le Maître de Francfort : la voyez-vous sur la coiffe de son épouse ?

 

 

 

Maître de Francfort. Détail du portrait de l'artiste et son épouse.1476. HB. Anvers Musée Ryal des Beaux Arts.
Maître de Francfort. Détail du portrait de l'artiste et son épouse.1476. HB. Anvers Musée Ryal des Beaux Arts.

Maître de Francfort. Détail du portrait de l'artiste et son épouse.1476. HB. Anvers Musée Ryal des Beaux Arts.

Nous savons que les paysans se soulageaient dans leur champ, mais dans les villes la gestion des excréments est un épineux problème. Certains se soulagent derrière des murs à l'abri des regards lorsque l'envie les prend.

La plupart ont des "pot à pisse" qui deviendront des vases de commodités puis nos pots de chambre. Ces pots sont dans les maisons ce qui dispense l'habitant de sortir pour se soulager mais une fois plein, qu'en fait-on ? ... on le vide par la fenêtre dans la rue !!! .... mais il faut prévenir avant : "gare à l'eau, gare, gare !!!"

Moyen-âge, la médecine et la santé (2) : l'hygiène et la vie

Mais l'évolution est en route et on voit, dans les maisons, l'apparition de latrines. Ce sont des endroits retirés, assez rudimentaires, formés d'une dalle de pierre trouée posée sur un socle

Moyen-âge, la médecine et la santé (2) : l'hygiène et la vie

Il n'y a pas de fosse septique et les excréments s'écoulent directement dans la rue ou la rivière

Ces lieux d'aisance sont placés au dernier étage des habitations pour limiter l'invasion des mouches (encore elles !) et pour limiter les nuisances dues au remontées d'odeur, comme le montre cette représentation d'une ville allemande

Moyen-âge, la médecine et la santé (2) : l'hygiène et la vie

dans les châteaux

Nous connaissons mieux ce qui se passe dans les châteaux car ils sont parvenus jusqu'à nous et leurs archives aussi.

 

les chateaux ont de nombreuses grandes pièces, toutes pourvues de grandes cheminées. Pour plus de confort et pour garder de la chaleur, les murs sont recouverts de riches tapisseries.

Les cuisines sont immenses et bien aménagées, cheminées, rotissoires, éviers, rafraîchissoirs, garde-manger avec sol dallé et porte fermée pour se prémunir des rongeurs ...

La chambre est aménagée avec soin, coffres, lit à baldaquin, cuvier pour le bain et grande cheminée. Les matelas sont en étoupe, plus douillet.

Il y a une garde-robe, pièce servant à ranger le linge dans les coffres et à entretenir les vêtements.

 

Les latrines sont dans des endroits retirés, formées elles aussi d'une dalle de pierre percée placée sur un socle, elles sont dans des encorbellements de l'architecture, s'ouvrant sur l'extérieur ou sur les douves. Pourtant là aussi, il n'est pas rare de se soulager derrière un mur, là où l'envie prend !

Pas de cailloux ni des feuilles pour se "torcher", on a retrouvé dans les archives du Duc de Berry la trace de l'achat de "coton et de quatre livres d'étoupe". L'étoupe, partie grossière de la filasse, est tirée du chanvre ou du lin. Chez les riches souverains et riches châtelin on privilègera l'étoupe de lin beaucoup plus douce aux fesses.

 

Très cher, le papier n'apparaîtera qu'au XVème siècle pour cet usage

 

 

Moyen-âge, la médecine et la santé (2) : l'hygiène et la vie

Comme on l'a vu, même si le mot n'existe pas au Moyen-âge, on a une vraie préoccupation d'hygiène pour se garder en santé et loin des maladies.

Les pratiques sont plus ou moins efficaces pour l'environnement que l'on soit à la campagne, à la ville ou au château, mais malgré la pollution, les eaux contaminées et, contrairement aux idées reçues, on essaie au moins de garder une hygiène corporelle correcte pour rester en santé, bien précieux à l'époque.  

 

Moyen-âge, la médecine et la santé (2) : l'hygiène et la vie

affaires de toilette médiévales

Repost 1

Présentation

  • : Le blog de fred37
  • Le blog de fred37
  • : Un blog pour partager.J'ai eu envie de faire connaître mes émotions, mes coups de coeurs pour l'art sous toutes ses formes mais aussi toutes les visites, expositions et voyages qui ont su me toucher. Je vous en propose des photos, merci de me contacter pour l'utilisation de celles-ci.
  • Contact

Profil

  • fred37
  • Très curieuse des gens,leur histoire et leur culture,j'apprécie l'art mais aussi tous ces petits moments de bonheur qui font que la vie vaut d'être vécue. Entre dynamisme et hyper sensibilité, je profite de tout et vogue à travers le temps...
  • Très curieuse des gens,leur histoire et leur culture,j'apprécie l'art mais aussi tous ces petits moments de bonheur qui font que la vie vaut d'être vécue. Entre dynamisme et hyper sensibilité, je profite de tout et vogue à travers le temps...

Recherche

Catégories

Liens